Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Liberté de la presse et difficultés financières

Question écrite de - Communication

Question de ,

Diffusée le 29 mai 1991

M. Emmanuel Hamel souligne à l'attention de M. le ministre délégué à la communication le compte rendu, dans l'édition du 16 avril 1991, d'un quotidien auquel son prédécesseur avait rendu visite la veille, des propos qu'elle aurait tenus sur les menaces qu'un certain nombre de forces économiques feraient peser sur la presse.

Elle aurait, selon la rédaction de ce journal, souligné que " les mesures que le Gouvernement doit prendre, doivent être pensées à partir du maintien du pluralisme de la presse ". Il lui demande, compte tenu de ces déclarations fort opportunes sur le maintien du pluralisme de la presse, si la récente réduction des crédits d'aide à la presse va être suspendue puis compensée et quelles mesures il prépare pour conforter la liberté de la presse et son pluralisme face aux difficultés financières et économiques que connaissent tant de journaux.

Réponse - Communication

Diffusée le 25 mars 1992

Réponse. - Mme Tasca, précédent ministre délégué à la communication, a tenu, lors de sa visite au quotidien l'Humanité, à rassurer les professionnels sur la volonté du Gouvernement de défendre le pluralisme de la presse par la pérennisation d'un système d'aides diversifiées. Le montant des aides directes et indirectes accordées à la presse s'élève, pour 1991, à près de 6 milliards de francs.

Les mesures de régulation budgétaire prises par le Gouvernement en 1991 (- 5 p. 100) ont affecté tous les budgets d'intervention. Les quotidiens d'information politique et générale à faibles ressources publicitaires ont été relativement épargnés puisque, dans leur cas, les annulations de crédit ont été limitées à 2,5 p. 100 du montant du chapitre 43-03 (aide aux quotidiens).

Ces mêmes mesures de régulation budgétaire ont également concerné la contribution que l'Etat a versée en 1991 à La Poste, au titre de l'acheminement et de la distribution de la presse. Au titre de la loi definances pour 1992, la poursuite de la rigueur budgétaire affecte les crédits d'aides à la presse de manière moins sensible que d'autres crédits d'intervention.

Par rapport à la loi de finances pour 1991, la diminution s'élève à 3,6 p. 100. En revanche, si l'on tient compte des crédits dont la presse a effectivement disposé après les mesures de régulation budgétaire intervenues en cours d'année, les ressources ne diminuent que de 1,4 p. 100. Les montants inscrits sur plusieurs chapitres (charges téléphoniques, fonds d'aide aux quotidiens nationaux à faibles ressources publicitaires et fonds d'aide aux quotidiens régionaux, départementaux et locaux à faibles ressources de petites annonces) sont reconduits à montants égaux.

Enfin, il convient de souligner que la contribution de l'Etat à La Poste pour le transport et la distribution de la presse est plus que doublée puisqu'elle passe de 950 millions de francs en 1991 à 2 milliards de francs en 1992. Ainsi, il n'est pas question de remettre en cause le système français d'aides qui contribue au maintien du pluralisme de la presse.

Questions similaires

Déposée le 8 mai 1991 à 22h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 17 novembre 1993 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 52%
Déposée le 20 mars 1991 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 14 avril 1993 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 52%
Déposée le 31 juillet 1991 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 31 janvier 1996 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 70%