Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Limite dans le temps de l'obligation de payer la taxe des riverains

Question écrite de M. Jean Louis Masson - Logement

Question de M. Jean Louis Masson,

Diffusée le 19 juillet 2011

M. Jean Louis Masson attire l'attention de Mme la ministre du logement et de la ville sur le fait que la taxe des riverains relève du droit local d'Alsace-Moselle, sa finalité est de permettre l'équipement de zones à urbaniser par les communes. Afin de permettre aux communes de récupérer la dépense, le propriétaire du terrain est ensuite obligé de payer une quote-part lorsqu'il décide de se brancher aux réseaux.

Il souhaiterait savoir si l'obligation de payer la taxe des riverains subsiste sans limite dans le temps. Par exemple, si une commune réalise des travaux de viabilisation d'un chemin rural et si le propriétaire ne se raccorde aux réseaux créés que 50 ans plus tard, il souhaiterait savoir si après un délai aussi long, la taxe des riverains peut encore lui être réclamée.

Réponse - Écologie

Diffusée le 19 août 2002

Le fait générateur de la taxe des riverains en droit local alsacien-mosellan résulte de l'achèvement des travaux de premier établissement de la voie, selon une jurisprudence administrative constante. Le redevable de la taxe est en principe le propriétaire d'un terrain riverain de la voie au moment de l'achèvement des travaux de viabilité si le terrain est déjà construit, ou celui qui en sera propriétaire à la date d'achèvement de la construction si celle-ci intervient postérieurement à la réalisation des travaux de premier établissement.

Cette taxe de droit local, malgré la nature fiscale qui lui a été reconnue par la jurisprudence administrative, n'est pas régie de droit par les règles contenues dans le livre des procédures fiscales (CE 13 mai 1988, Reichenbach). Il en est longtemps résulté une incertitude sur les règles de prescription d'assiette.

Toutefois, par deux décisions du 18 décembre 2001, le tribunal administratif de Strasbourg a décidé que la prescription d'assiette de la taxe par l'ordonnateur communal, est le délai de trente ans de l'article 2262 du code civil, décompté à partir de l'achèvement des travaux de viabilité (TA Strasbourg 18 décembre 2001, « Robert Cuntzmann c/ Communauté urbaine de Strasbourg » et TA Strasbourg 18 décembre 2001, « Joseph Wrotyncki c/ Commune de Macheren »).

Questions similaires

Déposée le 28 août 1996 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 65%
Déposée le 30 octobre 2019 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 51%
Déposée le 15 janvier 2020 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 66%
Déposée le 7 juin 2023 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 58%
Déposée le 17 octobre 2018 à 22h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 41%
Déposée le 3 septembre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 39%