Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Mise en place d'une filière de recyclage des pneus usagés

Question orale sans débat de - Aménagement du territoire

Question de ,

Diffusée le 13 octobre 1999

M. Serge Lepeltier appelle l'attention de Mme le ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement sur la nécessité du développement rapide d'une véritable filière adaptée et pérenne de recyclage des pneus usagés. En effet, telle qu'elle existe aujourd'hui, la filière de collecte et de traitement de ces pneus ne permet pas le recyclage de la totalité des quelques 350 000 tonnes de pneumatiques usagés qui sont annuellement remplacés dans notre pays.

A l'heure actuelle, c'est près de 60 % de l'ensemble de ces pneus qui, chaque année, ne sont ni réutilisés, ni broyés, mais dispersés dans la nature française (décharges, stocks sauvages...) et polluent visiblement nos paysages. Depuis l'arrêté du 9 septembre 1997 prévoyant l'interdiction de la mise en décharge des pneumatiques usagés à compter du 1er juillet 2002, force est de constater qu'aucune décision n'a été prise pour constituer une filière de recyclage de ces déchets.

A moins de trois ans de la date d'application de cette mesure, les maires, responsables de la gestion des déchets sur leur commune, comme les professionnels de ce secteur économique sont légitimement inquiets de cette situation. C'est pourquoi, il lui demande quelles mesures le Gouvernement envisage de prendre pour aboutir à la constitution de cette filière de recyclage et permettre son financement.

Réponse - Aménagement du territoire

Diffusée le 9 novembre 1999

M. Serge Lepeltier. Madame la ministre, chaque année, notre pays est confronté à la gestion d'une masse

considérable de pneus usagés, quelque 350 000 tonnes, soit près de 57 millions de pneus, c'est-à-dire pratiquement un

pneu par Français.

A l'heure actuelle, 60 % des pneus usagés ne sont toujours pas valorisés. Ils sont purement et simplement dispersés

dans la nature française, dans des décharges - largement saturées d'ailleurs - ou des stocks sauvages qui se

multiplient dans les forêts, les ravins, au bord des rivières et polluent visiblement nos paysages.

Une telle situation n'est plus acceptable.

Elle impose à l'évidence le développement urgent d'une véritable filière adaptée et pérenne de recyclage de l'ensemble

des pneus usagés.

L'urgence est d'autant plus grande, madame la ministre, que nous sommes à moins de trois ans de l'interdiction faite, à

compter du 1er juillet 2002, de mise en décharge des pneumatiques usagés.

Vous avez à plusieurs reprises annoncé l'imminence d'un accord-cadre entre les pouvoirs publics et les professionnels

concernés ; vous vous êtes même engagée, dans l'hypothèse où un tel accord tarderait, à mettre en place avant la fin

de cette année « un dispositif réglementaire de collecte et de valorisation contrôlée des pneumatiques usagés ».

Or, force est de constater qu'à ce jour aucune décision n'a encore été prise, ce qui est très préoccupant, en particulier

pour l'ensemble des maires, responsables de la gestion des déchets sur leur commune.

Outre la nécessité qu'ils ont naturellement de se conformer à la réglementation européenne, les maires s'inquiètent, en

effet, de plus en plus, de l'ampleur du problème écologique et du coût économique que représente l'élimination des

stocks sauvages de pneus sur leur commune.

Il y a là une véritable question qui doit être traitée au plus vite.

Or comme le dit votre collègue au Gouvernement, M. Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'industrie, « quand le

recyclage est environnementalement utile, techniquement possible dans des conditions économiques raisonnables et

qu'aucun opérateur économique ne s'y lance, alors oui, une intervention publique peut se justifier ».

Madame la ministre, qu'en est-il ? Comptez-vous mettre en place une telle intervention ?

La question du financement est bien entendu centrale et le retard pris pour la création d'une filière pneu semble

largement imputable à la recherche et aux modalités d'un tel financement.

Il est pourtant indispensable d'agir.

Outre les enjeux majeurs précédemment évoqués, il faut savoir que le développement d'une filière de recyclage de la

totalité des pneumatiques usagés serait largement créatrice d'emplois et permettrait à notre pays d'affirmer son

leadership européen en matière de gestion des déchets automobiles.

C'est pourquoi je vous remercie, madame la ministre, de nous préciser la politique que vous entendez conduire en ce

domaine.

Je souhaiterais, en particulier, connaître l'état d'avancement des négociations avec les professionnels de la fabrication,

de la vente et du montage des pneus, négociations auxquelles il me semblerait d'ailleurs légitime d'associer les

représentants des maires de France.

A quelle échéance, enfin, estimez-vous plausible la création d'une telle filière et comment concevez-vous les modalités

de son financement ?

Plus généralement d'ailleurs, le Gouvernement juge-t-il possible le financement de pareilles filières de recyclage par des

fonds publics ?

M. le président. La parole est à Mme le ministre.

Mme Dominique Voynet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement. Monsieur le sénateur, je vous

remercie d'appeler mon attention sur la situation insatisfaisante qui prévaut en matière d'élimination des pneus usagers.

Comme vous l'indiquez, l'objectif du Gouvernement est de faire en sorte qu'à partir du 1er juillet 2002 les pneumatiques

usagés ne soient plus mis en décharge. Je partage complètement votre argumentation.

Vous auriez pu ajouter un élément tout à fait inquiétant qui est le risque lié notamment à l'inflammation pendant des

semaines, voire des mois, de certains dépôts de pneus.

Les filières de valorisation des pneus usagés existent, qu'il s'agisse de rechapage, d'incinération en cimenterie ou

d'utilisation en génie civil. Mais, à la différence de la valorisation d'autres déchets, la valorisation des pneus usagés

n'est pas rentable, et un mode de financement doit être trouvé.

Plutôt que de procéder de manière autoritaire, le Gouvernement a décidé d'engager une large concertation sur cette

question à partir, d'une part, de groupes de travail mis en place par mon ministère et l'Agence de l'environnement et de

la maîtrise de l'énergie avec les différents acteurs intervenant dans le cycle de la vie du pneumatique, et à partir, d'autre

part, d'un rapport fourni à ma demande par le Conseil général des mines qui fait le point sur le fonctionnement d'une

filière d'élimination des pneumatiques usagés en France. Ce rapport m'a été transmis le 30 mars dernier et ses

conclusions présentées à l'ensemble des professionnels concernés. Aujourd'hui, la concertation reste en cours et nous

n'avons pas tranché.

La question essentielle est de savoir si le financement de la filière d'élimination doit être assuré par les fabricants et

importateurs de pneus, par les distributeurs ou par le détenteur final. Il n'a jamais été question de demander à l'Etat

d'assumer le coût de l'élimination des pneus.

Dans le rapport du Conseil général des mines, il est proposé que ce soit le détenteur qui paie l'élimination des pneus

lors de leur reprise par les garagistes. Je suis réservée sur ce dispositif, qui présente le risque, majeur à mes yeux,

d'un abandon de nombre de pneus par les utilisateurs.

En revanche, l'idée de mettre en place, lors de l'achat du pneu, une contribution unitaire destinée à financer le coût

d'élimination de celui-ci doit être sérieusement explorée.

Vous avez parfaitement raison de noter que le temps passe et qu'il devient urgent de trancher. C'est pourquoi, si les

discussions en cours entre les divers acteurs de la filière en vue de proposer aux pouvoirs publics un accord-cadre sur

le traitement et la collecte des pneus usagés n'aboutissent pas rapidement, j'ai l'intention de procéder de manière

réglementaire pour encadrer cette filière. Cette décision sera prise dans les tout prochains mois, parce que, vous avez

raison de le noter, on ne peut plus attendre pour résorber les stocks et pour mettre en place le cadre qui permette de

respecter la loi de 1992.

Questions similaires

Déposée le 23 octobre 2019 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 19 mars 2008 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 63%
Déposée le 19 février 2011 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 34%
Déposée le 2 octobre 1996 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 35%
Déposée le 9 août 2023 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 40%
Déposée le 21 avril 2021 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 33%