Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Missions et objectifs du Haut conseil de la francophonie

Question écrite de - Premier ministre

Question de ,

Diffusée le 11 novembre 1998

M. Georges Gruillot demande à M. le Premier ministre de bien vouloir lui préciser les missions et les objectifs qu'il assigne au Haut Conseil de la francophonie, et plus généralement quel sens il entend donner à la promotion de la francophonie et de la langue française en liaison avec les ministères des affaires étrangères, de la culture et de l'éducation nationale.

Réponse - Premier ministre

Diffusée le 16 décembre 1998

Réponse. - L'honorable parlementaire attire l'attention du Premier ministre sur les missions et les objectifs du Haut Conseil de la francophonie. Le Haut Conseil de la francophonie est une institution présidée par le Président de la République et composée de personnalités francophones. Les membres du gouvernement français chargés de la francophonie sont membres de droit du Haut Conseil.

La politique du Gouvernement en matière de promotion de la langue française et de la francophonie est définie par le ministre des affaires étrangères et, par délégation, par le ministre délégué à la coopération et à la francophonie. Cette politique consiste pour l'essentiel à renforcer la langue française comme vecteur de dialogue et de modernité.

Parallèlement, le ministère entend, en concertation avec ses partenaires de la communauté francophone, préserver les diversités linguistiques et culturelles dans le monde et asseoir la francophonie politique, issue du sommet de Hanoi. Le ministère dispose, pour cette partie de ses attributions, de la direction générale des relations scientifiques et techniques.

Des actions de promotion, de formation et d'enseignement du français sont menées dans la quasi-totalité des pays du monde, en étroite concertation avec le ministère de l'éducation nationale. L'une des priorités porte sur l'identification et la formation des élites. C'est dans cet esprit que vient d'être créée, à l'initiative des ministres des affaires étrangères, de l'éducation nationale et de la culture, l'agence Edufrance qui a pour mission de faire augmenter le flux des étudiants étrangers vers la France.

Les actions entreprises en faveur de la langue française dans le cadre bilatéral sont désormais menées, chaque fois que cela est possible, en liaison avec la coopération multilatérale. Le ministre dispose également du service des affaires francophones qui est chargé du suivi des instances de la francophonie (sommets, conférences ministérielles...) et du suivi des programmes de coopération menés par les opérateurs.

Les décisions prises par les chefs d'Etat ou de gouvernement, lors des sommets francophones, entraînent la mobilisation des différents ministères français, à des degrés divers. Ainsi, à l'issue du sommet de Hanoi, il a été décidé de mettre en place un fonds francophone des inforoutes auquel participent, pour la France, les ministères des affaires étrangères, de la justice, de l'éducation nationale, de la culture et de l'industrie.

Le plan d'urgence pour le français dans les organisations internationales a également été adopté à Hanoi, à l'instigation de la France, de manière à renforcer la présence des francophones dans les enceintes internationales. Ce programme est, pour la partie française, mis en uvre en étroite relation avec la délégation générale à la langue française du ministère de la culture.

De manière plus générale, les programmes de coopération proposés par les opérateurs sont toujours soumis à l'avis de représentants des ministères concernés.

Questions similaires

Déposée le 14 octobre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 18 mars 1998 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 15 avril 1987 à 22h00
Similarité de la question: 37% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 1 octobre 1997 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 11 février 1987 à 23h00
Similarité de la question: 39% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 19 janvier 2003 à 23h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 81%