Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Multiplication des opérations commerciales dangereuses dans les rues de Paris

Question écrite de Mme Catherine Dumas - Intérieur et outre-mer

Question de Mme Catherine Dumas,

Diffusée le 14 juin 2023

Mme Catherine Dumas attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer sur la multiplication des opérations commerciales dangereuses organisées par des entreprises dans les rues de Paris.

Elle précise que, depuis plusieurs mois, certaines entreprises de vêtements, bijoux, montres ou chaussures organisent des opérations commerciales dans des lieux publics très fréquentés de la capitale, ou encore dans des parkings, proposant des promotions et des tarifs avantageux sur leurs produits.

Elle constate que ces opérations commerciales attirent des centaines de personnes dans les rues, ce qui conduit à augmenter les risques de mouvements de foule, un engorgement inutile des lieux et transports publics, une multiplication inquiétante d'agressions verbales ou physiques, notamment des vols à l'arraché, ou encore des nuisances sonores subies par les riverains.

Elle rappelle que la presse a fait état de plusieurs opérations commerciales qui se sont conclues par des échauffourées particulièrement violentes entre les clients.

Elle souligne que ce type d'opération commerciale n'a pour seul but que de faire des actions de communication (marketing) sur les réseaux sociaux. Elle note par ailleurs que les acheteurs revendent à prix d'or sur internet les produits achetés en promotion.

Elle souhaite par conséquent attirer son attention sur ce type d'opération commerciale qui devrait nécessiter a minima une autorisation préfectorale préalable, engageant ainsi la responsabilité des organisateurs et de l'entreprise, afin de permettre un encadrement adapté des forces de l'ordre et des services de la ville de Paris.

Réponse - Intérieur et outre-mer

Diffusée le 28 février 2024

Capitale et siège des pouvoirs publics, Paris est, chaque jour, le théâtre d'événements à caractère festif, sportif, commercial, caritatif ou culturel. Afin d'éviter toute gêne aux riverains et piétons et perturber le moins possible la circulation, ces manifestions ou animations sur la voie publique (chaussée et trottoirs) sont strictement réglementées.

À Paris, les projets d'animation sont soumis à l'examen du préfet de police, garant de l'ordre, de la sécurité et de la tranquillité publics. En cas de dommages ayant pour cause l'imprudence ou la négligence, la responsabilité civile, voire pénale, de l'organisateur peut être engagée sur le fondement des articles 1382 et suivants du Code civil et des articles 121-1, 121-2, 223-1 et 223-2 du Code pénal.

Toutefois, et bien que l'article L. 211-1 du Code de la sécurité intérieure dispose que « sont soumis à l'obligation d'une déclaration préalable tous cortèges, défilés et rassemblements de personnes, et, d'une façon générale, toutes manifestations sur la voie publique », les demandes d'occupation temporaire du domaine public de la Ville de Paris pour les manifestations commerciales sont régies par un arrêté municipal du 21 mai 2012.

Son article 1er dispose en effet que « Toute occupation du domaine public municipal parisien en vue de l'exercice d'une activité commerciale ou d'une quelconque profession proposant un produit à la vente est subordonnée à l'octroi d'une autorisation expresse du Maire de Paris, conformément aux dispositions du code général de la propriété des personnes publiques [...] ».

Dans ce cadre-là, la Ville de Paris informe la préfecture de police de la tenue de telles manifestations. Cette dernière adapte alors en urgence, généralement dans des délais très contraints, le niveau d'instruction de la demande en fonction de la sensibilité de la manifestation et du secteur proposé.

Des contacts peuvent alors être pris avec l'organisateur et des mesures spécifiques peuvent accompagner l'autorisation. Le préfet de police n'est, en tous les cas, fondé à interdire une manifestation que si elle est de nature à troubler l'ordre public. Dans l'hypothèse où des évènements marketing sont connus suffisamment à l'avance et générateurs potentiels de troubles à l'ordre public, une procédure contradictoire peut être engagée avec les organisateurs afin de tenir compte des présomptions des forces de l'ordre en termes de service d'ordre et de sécurisation au regard du dimensionnement de l'évènement, solution qui peut éviter une interdiction en dernier recours.

Malgré tout, il peut arriver que des événements exclusivement prévus en intérieur créent des débordements sur la voie publique. Les services de police sont alors conduits, en urgence, à mettre en place un dispositif permettant de rétablir la tranquillité publique.

Questions similaires

Déposée le 18 octobre 2023 à 22h00
Similarité de la question: 23% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 11 avril 2018 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 18 avril 2018 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 20 janvier 2020 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 1 octobre 1999 à 22h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 50%
Déposée le 3 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 0%