Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Mutuelles étudiantes

Question écrite de - Affaires sociales

Question de ,

Diffusée le 25 août 1993

M. Georges Gruillot appelle l'attention de Mme le ministre d'Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville sur la disparité de rémunération entre les mutuelles étudiantes. La loi de 1948 sur la sécurité sociale étudiante en confie la gestion aux mutuelles étudiantes. Dans chaque ville universitaire, les étudiants ont le choix entre une mutuelle nationale, la MNEF et une mutuelle régionale, par exemple la SMEREB à Besançon.

Pour ce service rendu en lieu et place des caisses primaires, ces mutuelles sont indemnisées par le versement de remises de gestion. Or, en 1992, pour la gestion d'une activité identique effectuée dans des conditions identiques, la MNEF a touché 340 francs par étudiant affilié alors que les mutuelles régionales ont en moyenne touché 235 francs.

Il lui demande de bien vouloir lui exposer les raisons qui motivent une telle disparité et de lui indiquer si le Gouvernement entend prendre des mesures visant à égaliser le calcul des remises de gestion entre la MNEF et les mutuelles régionales.

Réponse - Affaires sociales

Diffusée le 3 novembre 1993

Réponse. - Le précédent gouvernement a en effet souhaité modifier les règles d'attribution des remises de gestion aux mutuelles d'étudiants. Les grandes lignes du nouveau dispositif fixé dans l'arrêté du 31 mars 1992 (JO du 3 avril 1992) sont les suivantes : l'application aux mutuelles d'étudiants, à partir de 1992, des dispositions du contrat pluriannuel que les ministères de tutelle ont passé avec la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (les évolutions retenues pour la gestion administrative des caisses primaires d'assurance maladie leur seront appliquées) ; une prise en compte de l'évolution annuelle de leurs ressortissants ; un apurement définitif des exercices de 1989 à 1991 par une évolution rétroactive du taux de remises de gestion de 6 p. 100 pour 1989, 6 p. 100 pour 1990 et 8 p. 100 pour 1991 en application de l'arrêté du 5 novembre 1985.

L'entrée en vigueur de cette réforme a entraîné l'abrogation de l'arrêté du 5 novembre 1985 à compter du 1er janvier 1992. Cette réforme doit permettre aux mutuelles d'étudiants de faire face à l'augmentation des effectifs étudiants, tout en assurant la maîtrise des coûts de gestion par leur intégration dans le contrat pluriannuel conclu entre la CNAM et l'Etat.

Par ailleurs, le ministère des affaires sociales, de la santé et de la ville a dégagé une somme de 13 millions de francs au profit des mutuelles régionales, qui a permis de rééquilibrer la répartition des remises de gestion entre les mutuelles. Dans un contexte de rigueur budgétaire, un effort exceptionnel a donc été consenti en 1993, et il paraît difficilement envisageable d'augmenter encore le montant global des remises de gestion.

Cependant, un audit est actuellement en cours, dont les conclusions seront rendues prochainement, qui doit permettre de mieux connaître les coûts de gestion du régime obligatoire pour les mutuelles étudiantes.

Questions similaires

Déposée le 15 septembre 1993 à 22h00
Similarité de la question: 88% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 8 septembre 1993 à 22h00
Similarité de la question: 80% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 28 juillet 1993 à 22h00
Similarité de la question: 84% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 11 août 1993 à 22h00
Similarité de la question: 81% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 28 juillet 1993 à 22h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 1 septembre 1993 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 100%