Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Organisation administrative prévue par la loi portant réforme du code de la nationalité

Question écrite de - Justice

Question de ,

Diffusée le 16 juin 1993

M. Claude Saunier attire l'attention de M. le ministre d'Etat, garde des sceaux, ministre de la justice, sur la proposition de loi portant réforme du code de la nationalité votée par le Sénat le 20 juin 1990. Une disposition nouvelle modifie l'article 104 du code de la nationalité française, en transférant la compétence de traitement des déclarations de nationalité aux tribunaux d'instance.

Or cette attribution ressortit actuellement à la sous-direction des naturalisations du ministère des affaires sociales, de la santé et de la ville, délocalisée à Nantes en 1987, et représente plus de la moitié de l'activité de ce service. Au-delà des problèmes humains et financiers qu'elle entraînerait, cette modification soulève de nombreuses interrogations.

En particulier, la dispersion de l'enregistrement de 40 000 dossiers par an traités à Rezé dans les 473 tribunaux d'instance français dont les moyens humains et matériels sont très inégaux risque de créer des inégalités de traitement. Le Gouvernement avait annoncé sa volonté, lors du débat à l'Assemblée nationale, de maintenir la compétence du ministère des affaires sociales pour les déclarations de nationalité qui ne sont pas supprimées par la réforme du code (déclarations par mariage pour l'essentiel).

Or l'Assemblée nationale ne l'a pas suivi. C'est pourquoi il lui demande s'il entend revenir sur les nouvelles mesures d'organisation administrative prévues dans la proposition de loi.

Réponse - Justice

Diffusée le 4 août 1993

Réponse. - L'article 31 de la proposition de loi portant réforme du code de la nationalité adoptée par les deux assemblées prévoit que toutes déclaration de nationalité doit, à peine de nullité, être enregistrée soit par le juge d'instance pour les déclarations souscrites en France, soit par le ministre de la justice, pour les déclarations souscrites à l'étranger.

Une dérogation importante à cette disposition a toutefois été introduite au cours de la discussion du texte en seconde lecture devant le Sénat. L'article 9 de la loi votée prévoit ainsi que les déclarations de nationalité souscrites en vertu de l'article 37-1 du code, à la suite du mariage d'un étranger avec un conjoint français, sont enregistrées par le ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, chargé des naturalisations.

La compétence du ministère des affaires sociales est ainsi maintenue pour cette catégorie de déclarations qui représente la très grande majorité de celles qui sont souscrites devant les tribunaux d'instance. Dans l'avenir, seules les autres déclarations seront enregistrées par le tribunal d'instance. Le nombre de ces déclarations est estimé à environ 1 000 à 1 500 par an.

Questions similaires

Déposée le 19 mai 2010 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 30%
Déposée le 6 avril 1994 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 23 septembre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 48%
Déposée le 6 juillet 1994 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 2 décembre 2020 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 27%
Déposée le 19 juin 2012 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 24%