Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Pérennité du diplôme d'études spécialisées en allergologie

Question écrite de M. Alain Houpert - Affaires sociales et santé

Question de M. Alain Houpert,

Diffusée le 29 juin 2016

M. Alain Houpert attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les risques que fait peser le projet de réforme des études médicales de troisième cycle sur la prise en charge des patients allergiques. En effet, les allergies, véritables « maladies de civilisation », concernent aujourd'hui un Français sur trois, enfants et adultes, et la prise en charge des patients les plus sévères – entre 3 et 4 millions par an – par les allergologues reste aujourd'hui insuffisante : les délais d'attente pour consulter s'allongent régulièrement, entre trois et six mois, ce qui laisse le temps aux pathologies de se développer et de se complexifier.

Face à ce constat, les allergologues lancent un cri d'alarme : ces médecins, généralistes ou spécialistes en pédiatrie, dermatologie ou pneumologie, ont suivi un diplôme d'études spécialisées complémentaires d'allergologie et immunologie clinique (DESC de type 2) après leur internat ou une formation continue en allergologie.

Or le projet de réforme des études médicales de troisième cycle, attendu pour la rentrée 2017, prévoit la suppression de l'ensemble des diplômes d'études spécialisées complémentaires, ainsi que des capacités en formation continue. Pour traiter les allergies dans leur globalité ainsi que les allergies alimentaires et les allergies aux venins, une formation spécialisée transversale, évoquée en réponse à de précédentes questions écrites des parlementaires en avril 2015, ne paraît pas constituer une réponse appropriée à la mesure de cet enjeu sanitaire et économique que représente désormais la prise en charge des allergies : proposée comme une option pendant un semestre aux étudiants lors de leur internat, elle ne serait tout au plus qu'une sensibilisation au phénomène grandissant des allergies, sans déboucher sur une véritable formation diplômante, à même de répondre aux besoins des patients.

La profession d'allergologue risque de disparaître dans les quinze ans à venir alors que le nombre d'allergiques ne cesse d'augmenter. C'est pourquoi il lui demande si elle envisage de renforcer la formation des allergologues par la création d'un diplôme d'études spécialisées d'allergologie. Il la remercie de sa réponse.

Réponse de Affaires sociales et santé

En attente de réponse

Questions similaires

Déposée le 1 juin 2016 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 24 juillet 2017 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 8 juin 2016 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 11 novembre 2015 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 15 avril 2019 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 26 juin 2023 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 100%