Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Pérennité de l'aide au mérite

Question écrite de M. Hervé Maurey - Enseignement supérieur et recherche

Question de M. Hervé Maurey,

Diffusée le 31 juillet 2013

M. Hervé Maurey attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la pérennité de l'aide au mérite.

L'aide au mérite est, à ce jour, réservée aux étudiants, futurs boursiers ou boursiers sur critères sociaux titulaires d'une mention « très bien » au baccalauréat ou qui s'engagent en master après avoir été parmi les meilleurs de leurs cursus en licence.

De l'ordre de 1 800 euros annuels, cette aide a donc un double objectif : accompagner les étudiants ayant des difficultés financières et récompenser un parcours scolaire ou universitaire méritant.

Or, avant même le lancement par le Gouvernement, le 16 juillet 2013, de la réforme des bourses étudiantes, le centre national des oeuvres universitaires et scolaires (CNOUS) a annoncé la suppression de ces aides au mérite, privant les nouveaux bacheliers et les licenciés de cette aide sur laquelle ils croyaient pouvoir compter.

Si une telle hypothèse devait être confirmée, elle serait profondément injuste pour les lycéens et les étudiants qui ont travaillé dur pour achever leurs cursus respectifs, avec les meilleurs résultats en vue d'être éligibles.

Aussi, lui demande-t-il de préciser les intentions du Gouvernement sur la pérennité de l'aide au mérite, aide sociale mais également républicaine, dans la mesure où elle encourage les lycéens et étudiants les plus méritants.

Réponse - Enseignement supérieur et recherche

Diffusée le 9 octobre 2013

Les aides au mérite constituent un complément de 1 800 € par année universitaire attribué aux étudiants déjà bénéficiaires d'une bourse sur critères sociaux, et ce à deux moments de leur parcours dans l'enseignement supérieur : - les nouveaux étudiants ayant obtenu leur baccalauréat avec une mention « très bien » peuvent en bénéficier pendant une durée de trois ans, c'est-à-dire pendant leur licence.

Les nouveaux étudiants qui s'engagent dans un cursus long (médecine, odontologie, pharmacie...) conservent toutefois le bénéfice de cette aide pendant toute la durée de leurs études ; - les étudiants ayant obtenu leur licence en étant distingués par leur établissement parmi les meilleurs peuvent en bénéficier pendant deux ans, c'est-à-dire pendant leur master.

Il convient en premier lieu de préciser que le dispositif des aides au mérite sera reconduit pour l'année 2013-2014 dans les mêmes conditions que précédemment. Cela signifie concrètement que les étudiants qui bénéficieront de ces aides à la rentrée 2013, au vu de critères d'éligibilité inchangés, les conserveront pendant la durée de leur cycle licence, master ou de formation en santé.

Il est possible, en revanche, qu'une évolution de ce dispositif intervienne pour ces nouveaux bénéficiaires à compter de la rentrée 2014, au vu notamment des conclusions et recommandations que remettra, à la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, la mission d'évaluation de la politique de vie étudiante créée par le Premier ministre dans le cadre de la modernisation de l'action publique.

Le rapport de cette mission n'étant pas encore achevé, le temps n'est pas venu de s'interroger sur les évolutions possibles des aides complémentaires aux bourses sur critères sociaux. Ce qui ne peut être contesté, c'est que les aides au mérite souffrent de plusieurs défauts auxquels il conviendra de trouver une réponse.

Le premier défaut, qui explique du reste la diminution du nombre de bénéficiaires de ces aides, tient aux grandes réticences manifestées par la plupart des universités à distinguer « les meilleurs » parmi les lauréats de la licence. Le second le plus important, tient surtout, à ce qu'elles n'ont pas contribué à améliorer le taux de réussite en premier cycle, qui a perdu cinq points de 2006 à 2011 en dépit des priorités affichées.

Or, le plus gros problème auquel est confronté l'enseignement supérieur en France est bien celui-ci, car la faiblesse du taux de réussite en licence en trois ans traduit non seulement un manque d'efficience de notre système, mais surtout empêche d'élever le niveau de qualification des étudiants, et notamment d'atteindre le taux de 50 % d'une classe d'âge diplômée de l'enseignement supérieur.

C'est la raison pour laquelle, sous l'autorité du Premier ministre, la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche a souhaité placer la réussite des étudiants, de tous les étudiants, au cœur de la politique d'enseignement supérieur. Au-delà des dispositifs pédagogiques déjà mis en place ou qui le seront en application de la loi sur l'enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013 (en matière d'orientation, de spécialisation progressive, de réorientation après un échec en première année de santé, de numérique...), le Gouvernement a notamment consenti un effort sans précédent en faveur de la vie étudiante, et plus particulièrement des bourses sur critères sociaux.

Pour la première fois depuis 2009, celles-ci ont bénéficié en 2013 d'une budgétisation sincère et irréprochable après trois années sanctionnées par les critiques de la Cour des comptes, ce qui a représenté un investissement de 139 M€ supplémentaire en LFI 2013 sur ce seul poste. Surtout, la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche a présenté le 17 juillet 2013 la première étape d'une réforme des bourses sur critères sociaux qui entrera en vigueur à la rentrée 2013.

Celle-ci correspond à un nouvel effort de 158 M€ au budget 2014 en faveur des étudiants les plus en difficulté, avec notamment la création d'un échelon 0bis doté de 1000 € pour près de 55 000 étudiants et celle d'un échelon 7 doté de 5500 € (soit +18 %) pour près de 30 000 étudiants. Cet effort sans précédent en faveur des bourses sur critères sociaux est la réponse pertinente et attendue pour favoriser la réussite de tous les étudiants, quels que soient leur baccalauréat, leur origine géographique et leur origine sociale.

Questions similaires

Déposée le 9 octobre 2013 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 95%
Déposée le 10 septembre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 24 juillet 2013 à 22h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 96%
Déposée le 3 septembre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 10 septembre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 24 septembre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 77%