Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Période d'essai d'une salariée enceinte

Question écrite de M. Jean Louis Masson - Travail

Question de M. Jean Louis Masson,

Diffusée le 19 octobre 2011

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique sur le cas d'une femme enceinte qui a été embauchée pour une période d'essai. Il lui demande si son contrat peut être rompu à l'issue de la période d'essai.

Réponse - Travail

Diffusée le 19 novembre 2003

Le ministre du travail, de l'emploi et de la santé a pris connaissance avec intérêt de la question relative à la possibilité de rompre le contrat de travail d'une femme enceinte à l'issue de sa période d'essai. Le code du travail instaure, aux articles L. 1225-4, L. 1225-5 et L. 1225-71, alinéa 2, un dispositif spécifique de protection contre le licenciement en prévoyant la nullité du licenciement d'une femme enceinte durant son congé maternité ainsi que durant les quatre semaines consécutives, sauf cas d'exception strictement définis par la législation.

Ce dispositif s'applique, durant le contrat de travail, au premier jour de l'engagement définitif qui suit une éventuelle période d'essai. Pendant la période d'essai, la jurisprudence constante considère que ces dispositions ne peuvent s'appliquer (Cour de cassation, n° 05-44806, 21 décembre 2006). Néanmoins, le contrat de travail ne peut être rompu durant cette période qu'à condition que cette rupture ne soit pas motivée par la grossesse de la salariée (art. L. 1225-2).

Dans le cas contraire, la salariée peut bénéficier de dommages et intérêts prévus à l'article L. 1225-71. De plus, la salariée enceinte, en période d'essai, peut également contester la rupture de son contrat de travail, si celle-ci est liée à sa grossesse et constitue à ce titre une discrimination. Dans ce cas, la nullité du licenciement peut être prononcée sur la base de l'article L. 1132-1 du code du travail relatif au principe d'interdiction des discriminations.

Questions similaires

Déposée le 19 novembre 2002 à 23h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 21 juin 2000 à 22h00
Similarité de la question: 29% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 3 juillet 2023 à 22h00
Similarité de la question: 11% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 24 mai 2000 à 22h00
Similarité de la question: 35% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 28 juin 2000 à 22h00
Similarité de la question: 39% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 19 juillet 2000 à 22h00
Similarité de la question: 41% Similarité de la réponse: 45%