Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Politique agricole commune 2023 et prise en compte des spécificités des exploitations pastorales des Causses, Cévennes et Garrigues « éleveurs sur parcours méditerranéens »

Question écrite de M. Laurent Burgoa - Agriculture et souveraineté alimentaire

Question de M. Laurent Burgoa,

Diffusée le 28 décembre 2022

M. Laurent Burgoa attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire sur une difficulté rencontrée par les producteurs de pélardon, fromage d'appellation protégée des Cévennes et Garrigues languedociennes, avec la nouvelle politique agricole commune (PAC) 2023-2027.

En effet, ils soulèvent dans cette nouvelle PAC un point qui risque de mettre en difficulté de nombreux élevages pastoraux extensifs sur parcours méditerranéens, à savoir l'introduction d'un critère de chargement minimum à 0,2 UGB/ha.

Ils considèrent à raison que ce taux n'est pas adapté aux territoires pastoraux sous influence méditerranéenne et qui ne peuvent pas supporter de tels chargements. Ainsi, une gestion durable de ces pâturages sera difficile à assurer dans ces conditions.

Le pastoralisme et la sortie des animaux en parcours sont des éléments clé de leur cahier des charges. Il lui demande d'œuvrer à la révision du taux de chargement à minimum 0.1 ha admissible ou 0.05 ha graphique comme pour l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN).

Réponse - Agriculture et souveraineté alimentaire

Diffusée le 15 février 2023

Une attention particulière a été portée tout au long de l'élaboration du plan stratégique national (PSN) sur les dispositions applicables aux surfaces pastorales, compte tenu de l'enjeu qu'elles revêtent pour l'agriculture pastorale et les territoires. En particulier, alors qu'ils ont été régulièrement remis en cause dans le cadre des audits sur la programmation actuelle, les coefficients d'admissibilité de ces surfaces ont pu être maintenus à un niveau inchangé dans la version finale du PSN adopté par la Commission européenne en date du 31 août 2022.

Pour autant, des évolutions étaient nécessaires par rapport au cadre actuel, pour permettre la mise en œuvre des nouveaux dispositifs tels que l'éco-régime ou de nouvelles modalités de vérification des surfaces admissibles à travers notamment le système de suivi des surfaces en temps réel. Les modalités d'application suivantes du PSN ont ainsi été retenues.

Les griefs de la Commission européenne sur la précédente programmation, les difficultés rencontrées lors des contrôles quant à la vérification des indices de pâturage et l'évolution vers des modalités automatisées d'évaluation de l'admissibilité ont conduit à décider de la mise en place d'un critère de chargement pour la détermination de l'admissibilité de ces surfaces, dont l'entretien est principalement assuré par les animaux, en particulier celle des surfaces à forte proportion de ligneux.

Ce critère de taux de chargement concernera uniquement les prairies composées majoritairement de ligneux, arbres, arbustes ou buissons dans 38 départements du Sud de la France, ainsi que les surfaces en chênaies et châtaigneraies dans la zone Causses-Cévennes et en Corse, et s'appliquera aux exploitations déclarant ce type de surfaces (qu'il s'agisse d'exploitations individuelles, en société ou de gestionnaires d'estives).

La valeur minimale de ce taux de chargement sera fixée à 0,2 unité de gros bétail (UGB) par hectare (ha) admissible ce qui caractérise un type d'élevage extensif et permet d'assurer un entretien minimal de ces surfaces. Il ne s'agit pas en l'espèce d'évaluer la capacité « fourragère » de ces surfaces mais de s'assurer que l'exploitation dispose d'un nombre d'animaux suffisant pour maintenir ces milieux ouverts et exploitables, avec par ailleurs la vérification de l'absence d'enfrichement.

Ce taux sera calculé sur la base des surfaces admissibles ce qui permettra de mieux reconnaître l'activité pastorale sur ces surfaces spécifiques. En effet, à la différence des surfaces graphiques utilisées pour calculer le taux de chargement de l'indemnité compensatoire de handicaps naturels, les surfaces admissibles tiennent compte de la diversité des territoires en appliquant des coefficients d'admissibilités (proratas) différenciés selon la disponibilité en ressources fourragères.

Dans le cas où le seuil de chargement ne serait pas atteint, les surfaces seront plafonnées de manière à atteindre le seuil de 0,2 UGB/ha. Ce plafonnement ne concernera que les surfaces pastorales composées majoritairement de ligneux et ne sera pas susceptible de remettre en cause l'admissibilité des autres types de pâturages, vérifiée selon d'autres critères.

Ces dispositions permettront de soutenir l'élevage extensif et de reconnaître l'importance des territoires pastoraux dans leur diversité tout en s'assurant de la valorisation des surfaces concernées par un pâturage effectif des animaux, nécessaire à leur entretien en l'absence de possibilité de fauche ou broyage et, seule, susceptible de justifier l'octroi de soutiens publics aux termes du PSN.

Questions similaires

Déposée le 9 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 48% Similarité de la réponse: 83%
Déposée le 22 mars 2023 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 30 janvier 2023 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 9 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 83%
Déposée le 21 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 44% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 70%