Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Politique de soutien à la transformation du bois

Question écrite de M. Philippe Bonnecarrère - Industrie

Question de M. Philippe Bonnecarrère,

Diffusée le 23 novembre 2016

M. Philippe Bonnecarrère attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministère de l'économie et des finances, chargé de l'industrie sur la filière forestière.

Les forestiers considèrent que la France est en mesure de faire face tant à la demande étrangère qu'à la demande de nos scieries.

Il semble que les problèmes rencontrés dans ce secteur économique résident d'une part dans la difficulté à exporter des produits à meilleure valeur ajoutée et d'autre part dans l'absence de modernisation et l'insuffisance des investissements de nos scieries.

À titre d'exemple, 99 % des exportations résineuses se font de l'Allemagne vers la Chine sous forme de sciage et 99 % des exportations de la France vers la même Chine se font sous forme de grume.

Sauf la réponse ministérielle présentement espérée, il manque clairement une politique industrielle française de la transformation du bois.

Aussi, il lui demande quelle est la politique de l'État en matière de soutien à la transformation du bois, maillon faible de la filière forestière française.

Réponse - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Diffusée le 10 mai 2017

Les professionnels de la première transformation du bois ont connu, pour certains, des difficultés d'approvisionnement en matière première. L'État s'est efforcé d'en atténuer les effets par un ensemble de mesures réglementaires ou administratives récentes. La mise en place du « label Union européenne (UE) » par l'office national des forêts participe de la volonté de l'État de pérenniser l'outil de transformation du bois, et d'assurer un développement équilibré de la filière forêt-bois dans son ensemble.

Il a été proposé aux entreprises du sciage d'adhérer au label « sciage UE » par lequel l'industriel s'engage à transformer ou faire transformer les bois issus des forêts publiques dans une unité industrielle implantée sur le territoire de l'UE. Ce dispositif vise à favoriser la pérennité d'un tissu industriel transformant une ressource ligneuse abondante et de qualité sur le territoire national, répondant ainsi au double objectif de création de richesse nationale et d'emplois dans les territoires ruraux.

Au-delà de ces mesures visant à répondre à des problématiques ponctuelles, des actions structurantes majeures ont été conduites par les pouvoirs publics afin de donner un nouvel élan à la filière forêt bois lui permettant de faire face aux défis économiques et sociétaux issus notamment de la COP 21.

Le contrat de filière élaboré par le comité stratégique de filière bois sous l'égide du conseil national de l'industrie signé fin 2014 par l'ensemble des fédérations professionnelles liées à divers titres à la transformation du bois, constitue une feuille de route précieuse et fédératrice pour un tissu industriel très diversifié, présent sur l'ensemble du territoire national.

Le programme national de la forêt et du bois (PNFB), introduit par la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, fixe les orientations de la politique forestière, en forêt publique et privée, en métropole et en outre-mer, pour une période de dix ans. Il a été approuvé par le décret n°  2017-155 du 8 février 2017.

La déclinaison de ce programme national au niveau des régions relève des commissions régionales de la forêt et du bois désormais co-présidées par le représentant de l'État en région et le président du conseil régional. En corollaire à la réaffirmation d'une nouvelle ambition pour la filière forêt-bois, des dispositifs d'accompagnement financiers sont progressivement mis en œuvre.

La nécessaire modernisation de l'outil industriel bénéficie de la mobilisation de crédits importants mis en œuvre par les opérateurs des volets successifs du programme des investissements d'avenir. L'augmentation de la mobilisation de la ressource forestière, inscrite dans le PNFB, s'est accompagnée d'une mobilisation des crédits du fonds-chaleur au bénéfice de l'amont forestier à travers des appels à manifestation d'intérêt dynamic-bois, lancés en 2015 et 2016.

Enfin, pour 2017, il a été décidé de dédier 15 millions d'euros, imputés sur le fonds stratégique de la forêt et du bois, à un appel à projet national consacré à des investissements innovants pour l'amont forestier visant notamment à favoriser un meilleur niveau de mobilisation du bois.

Questions similaires

Déposée le 25 janvier 2017 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 22 juin 2016 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 20 avril 2016 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 6 avril 2016 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 4 mai 2016 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 18 décembre 2017 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 0%