Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Pratique du tir pour les sous-officiers de réserve

Question écrite de M. Bernard Fournier - Défense

Question de M. Bernard Fournier,

Diffusée le 23 septembre 1998

M. Bernard Fournier appelle l'attention de M. le ministre de la défense sur la situation des rassemblements de sous-officiers de réserve dans le cadre de la réforme du Service national s'agissant des difficultés rencontrées par ces associations pour pratiquer le tir. Les champs de tir à la disposition des sous-officiers de réserve sont régulièrement supprimés avec les régiments.

Il apparaît nécessaire que soit prévue, dans le cadre d'un contrat avec le ministère de la défense, la possibilité pour ses associations de pratiquer le tir dans un but de maintien en condition. Aussi il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement dans ce domaine.

Réponse - Défense

Diffusée le 11 novembre 1998

Réponse. - La politique actuelle d'emploi des personnels de réserve vise à les intégrer au sein des unités d'active avec lesquelles ils participent aux activités d'instruction, et notamment aux séances théoriques et pratiques de l'exercice du tir. Ainsi, les réservistes volontaires, titulaires d'un contrat d'engagement spécial dans la réserve, peuvent suivre le même entraînement que les cadres d'active, en disposant de conditions matérielles d'entraînement identiques (stand de tir, armes et munitions).

Dans l'armée de terre, les séances de tir des réservistes s'effectuent sous la seule responsabilité de cette armée et non d'associations. Il en va de même pour la gendarmerie nationale. En ce qui concerne la marine nationale, les réserves affectés en unité de protection ou en unité de sûreté embarquée sont entraînés au tir lors du rappel de l'ensemble du personnel de leur unité, assuré actuellement à un rythme biennal.

Cette périodicité permet d'entretenir l'aptitude au tir des seuls réservistes susceptibles d'utiliser des armes à l'occasion de leurs activités au profit de la marine nationale. L'organisation, telle qu'elle est définie aujourd'hui, répond bien au besoin de la marine dans ce domaine. Pour l'armée de l'air, les personnels inscrits dans les centres air de perfectionnement et d'instruction des réserves (CAPIR) peuvent participer à des séances de tir organisées à leur intention par l'autorité militaire.

Ils disposent d'armes fournies par les unités de rattachement des CAPIR pour chaque séance qui a lieu dans les stands de tir militaires. Les récentes restructurations dans l'armée de l'air n'ont pas engendré de modification de la répartition géographique des sites qui pourrait empêcher les réservistes de cette armée de pratiquer le tir.

Il n'est pas envisager à brève échéance de modifier ces dispositifs qui sont satisfaisants. D'ailleurs, le projet de loi portant organisation générale de la réserve ne comporte pas de disposition faisant expressément référence à l'entraînement au tir. Il appartiendra à chaque armée et à la gendarmerie nationale de préciser la politique d'entraînement au tir des réservistes.

De même, une modification de l'article 28 du décret nº 98-589 du 6 mai 1995 fixant le régime des matériels de guerre, armes et munitions pour intégrer une disposition relative à des associations de réservistes reconnues par le ministère de la défense n'apparaît pas nécessaire. Par ailleurs, les associations de cadres de réserve ont été informées que leur affiliation à la Fédération française de tir pourrait, le cas échéant, être envisagée afin que leurs membres puissent participer à des séances de tir à caractère sportif.

Questions similaires

Déposée le 15 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 22 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 21 octobre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 8 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 60%
Déposée le 31 août 1994 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 56%
Déposée le 3 mars 1999 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 72%