Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Précisions concernant la réglementation des piscines privatives enterrées ou semi-enterrées

Question écrite de Mme Colette Giudicelli - Logement

Question de Mme Colette Giudicelli,

Diffusée le 19 octobre 2011

Mme Colette Giudicelli attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé du logement et de l'urbanisme sur le flou semblant entourer la réglementation des piscines privatives enterrées ou semi-enterrées. La loi n° 2003-9 du 3 janvier 2003 relative à la sécurité des piscines, son décret d'application du 1er janvier 2004 et le décret du 7 juin 2004 relatif aux dispositifs de sécurité, imposent que ce type de piscines soient pourvues d'un dispositif de sécurité normalisé visant à prévenir le risque de noyade.

L'article L. 128-2 du code de la construction et de l'habitation stipule que les propriétaires de piscines enterrées non closes privatives à usage individuel ou collectif installées avant le 1er janvier 2004 doivent avoir équipé, au 1er janvier 2006, leur piscine d'un dispositif de sécurité normalisé.

Or il semblerait que selon certains notaires, lorsqu'un propriétaire n'a pas installé ce type de dispositif, il peut cependant vendre son bien sans pour autant avoir l'obligation de se mettre en conformité avec la loi, le nouveau propriétaire devant lui-même, par la suite, pourvoir à cette obligation. Elle aimerait connaître son sentiment sur ce sujet.

Réponse - Logement

Diffusée le 19 novembre 2003

Depuis le 1er janvier 2006, les piscines privées à usage individuel ou collectif de plein air, dont le bassin est enterré ou semi-enterré doivent être pourvues d'un dispositif de sécurité tel que prévu dans le décret n° 2004-499 (barrières, couverture, abris ou alarme). Cette obligation incombe au propriétaire de la piscine.

La loi n° 2003-9 du 3 janvier 2003 relative à la sécurité des piscines prévoit des sanctions en cas de non-respect de ces obligations. En revanche, la loi ne prévoit pas d'interdiction de vente du bien si l'obligation n'a pas été respectée.

Questions similaires

Déposée le 19 mars 2007 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 51%
Déposée le 19 avril 2006 à 22h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 32%
Déposée le 22 juillet 2020 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 27%
Déposée le 19 avril 2002 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 32%
Déposée le 19 avril 2006 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 32%
Déposée le 19 avril 2005 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 32%