Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Prime de cherté de vie

Question écrite de - Affaires étrangères

Question de ,

Diffusée le 12 mai 1993

M. Guy Penne attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur le problème posé par l'harmonisation de la prime de cherté de vie versée par les établissements à ses personnels enseignants. D'une part, il faut remarquer que de nombreux établissements préfèrent supprimer cette prime plutôt que de devoir augmenter les frais de scolarité.

D'autre part, les bénéficiaires souhaiteraient que cette prime de cherté de vie soit plus adaptée : au coût de la vie, aux loyers, à l'inflation, etc. Afin de ne pas grever trop considérablement le budget des établissements, cette prime de cherté de vie devrait pouvoir être versée directement par l'agence.

Il lui demande donc, afin de répondre à la demande des intéressés, quelles mesures il envisage de prendre à ce sujet.

Réponse - Affaires étrangères

Diffusée le 28 juillet 1993

Réponse. - Le décret n° 90-469 du 31 mai 1990 relatif à la situation administrative et financière des personnels des établissements d'enseignement à l'étranger définit la prime de cherté de vie pour les agents résidents comme " élément à la charge des établissements d'affectation " (art. 4). Au départ, il s'agissait d'une indemnité différentielle destinée à préserver les avantages des enseignants recrutés locaux dont le traitement était supérieur à celui prévu par la réforme des rémunérations.

Plus largement, l'existence et le montant de cette prime sont maintenant justifiés par la " situation locale ", c'est-à-dire le coût de la vie (y compris celui du logement). L'harmonisation de cette prime, souhaitable entre les établissements d'une zone géographique où les conditions économiques sont comparables, doit conduire à éviter les hausses inconsidérées qui mettent en péril l'équilibre financier d'un établissement et conduisent à une augmentation des frais de scolarité.

L'Agence pour l'enseignement français à l'étranger envisage une réflexion à ce sujet, qui réunirait les partenaires concernés (associations gestionnaires, fédérations de parents d'élèves, organisations syndicales). Son objectif est de contenir les charges pesant sur les établissements dans des limites raisonnables, mais non de les transférer à l'agence, ce qui supposerait à la fois une réforme du décret et l'existence des moyens budgétaires correspondants.

Questions similaires

Déposée le 9 novembre 2000 à 23h00
Similarité de la question: 42% Similarité de la réponse: 59%
Déposée le 19 janvier 2010 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 63%
Déposée le 19 janvier 2008 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 24 juillet 1991 à 22h00
Similarité de la question: 50% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 19 janvier 2003 à 23h00
Similarité de la question: 50% Similarité de la réponse: 65%
Déposée le 19 novembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 69%