Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Principe de la gratuité du don du sang

Question écrite de - Santé et famille

Question de ,

Diffusée le 9 mars 1988

M. Louis Moinard Mme le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l'emploi, chargé de la santé et de la famille, sur l'inquiétude formulée par la Fédération française des donneurs de sang bénévoles, suite aux informations données en colloque à Strasbourg le 17 octobre 1987. En effet, cette fédération s'interroge sur le devenir de son éthique basée sur le don volontaire et bénévole.

Dans la libre circulation intra-européenne des produits sanguins, quelle est la politique engagée pour éviter le trafic honteux du sang et maintenir l'éthique de non-profit dans le domaine qui nous occupe ?

Réponse - Santé et famille

Diffusée le 4 mai 1988

Réponse. -Les donneurs de sang craignent que l'harmonisation des législations européennes en matière de transfusion sanguine compromette le devenir de l'organisation à laquelle ils sont attachés et menace gravement les principes fondamentaux de leur éthique. Il est de fait que l'éthique transfusionnelle française (volontariat, bénévolat du donneur et gratuité du don) n'est pas la règle dans tous les pays de la Communauté.

Toutefois, la valeur des principes éthiques fondamentaux et de l'organisation transfusionnelle française est unanimement reconnue par les pays membres du Conseil de l'Europe. Le ministre délégué chargé de la santé et de la famille a réaffirmé à maintes reprises son attachement à ces principes et sa volonté de les défendre au niveau communautaire.

Ainsi, le 28 août 1987 une circulaire DGS/3 B/763 s'est prononcée contre la pratique des banques de sang personnalisées, précisément sur la base de la non-commercialisation des rapports transfusionnels. En outre, le projet de directive-cadre européenne sur les produits sanguins du fractionnement mentionne expressément dans son préambule la nécessité du " respect des principes éthiques dans les échanges de substances thérapeutiques d'origine humaine ".

De plus, il est à noter que les donneurs de sang français sont, par tradition et par nature, étroitement associés à l'organisation transfusionnelle et à toutes les décisions qui la concernent. Deux représentants de la Fédération française des donneurs de sang bénévoles siègent à la commission consultative de transfusion sanguine.

Enfin, un groupe de travail consacré aux conséquences de l'Acte unique européen sur la transfusion sanguine va être créé, auquel les représentants des donneurs seront invités à participer. Les options fondamentales des donneurs de sang peuvent être appréciées avec précision. Le maintien du respect de l'individu et des règles du don bénévole ne pose aucune difficulté.

Il convient toutefois de rappeler que la transfusion sanguine n'est pas un but en soi, mais une façon de répondre aux besoins des malades. L'intérêt thérapeutique doit donc primer sur toute autre considération. La non-commercialisation des produits sanguins d'origine humaine est diversement interprétée selon les situations et les produits.

Pour l'instant, les prix de cession des produits sanguins sont fixés par l'autorité ministérielle de façon à exclure tout profit. La reconnaissance des centres de transfusion sanguine seuls responsables des prélèvements de sang humain, du contrôle et de la préparation des produits s'opère actuellement par l'agrément du ministère de la santé.

Toute demande d'agrément doit être soumise à l'avis de la commission consultative de transfusion sanguine où siègent les représentants des donneurs et des professionnels de la transfusion. En ce qui concerne l'interdiction de circulation et de mise sur le marché des produits dérivés du sang en provenance du trafic international, la preuve de cette provenance est plus difficile à obtenir.

De plus, aucun pays signataire de l'Acte unique européen ne peut prendre la décision préconisée par les donneurs sous peine d'être accusé d'entrave aux échanges. Cependant, certaines mesures protectionnistes peuvent être adoptées pour des raisons de santé publique. En outre, d'une part, la compétitivité des produits français devrait leur permettre de s'imposer sur le marché national et exclure par le jeu de la libre concurrence les produits non conformes à l'éthique française et, d'autre part, la mobilisation constante des donneurs de sang français devrait assurer le maintien des approvisionnements en sang et surtout en plasma nécessaires à la satisfaction des besoins du pays.

Il deviendrait donc inutile d'avoir recours au plasma étranger et de courir le risque d'utiliser celui provenant de pays moins scrupuleux sur le respect des donneurs de sang. ; constante des donneurs de sang français devrait assurer le maintien des approvisionnements en sang et surtout en plasma nécessaires à la satisfaction des besoins du pays.

Il deviendrait donc inutile d'avoir recours au plasma étranger et de courir le risque d'utiliser celui provenant de pays moins scrupuleux sur le respect des donneurs de sang.

Questions similaires

Déposée le 3 février 1988 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 24 février 1988 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 10 février 1988 à 23h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 9 mars 1988 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 2 mars 1988 à 23h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 2 mars 1988 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 100%