Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Prise en compte de l'existence des SIVOS dans l'élaboration du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale

Question écrite de M. Alain Houpert - Intérieur

Question de M. Alain Houpert,

Diffusée le 19 novembre 2009

M. Alain Houpert attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration sur la situation délicate à laquelle se trouvent confrontés des maires de communes rurales, en cette période d'élaboration d'un nouveau schéma départemental de coopération intercommunale.

Dans un SIVOS (syndicat intercommunal à vocation scolaire) qui associe trois communes pour gérer une même école, la loi les autorise à adhérer à la communauté de communes de leur choix, à condition qu'il y ait continuité territoriale : ainsi deux communes pourront intégrer la communauté de communes A, la troisième la communauté de communes B.

Première difficulté : la communauté de communes A accepte de reprendre à son compte la compétence scolaire du SIVOS, appelé à être dissous : peut-elle le faire, en présence d'une commune extérieure, non adhérente à cette communauté ? Deuxième difficulté : si aucune des deux communautés ne peut reprendre la compétence scolaire, le SIVOS va donc continuer à exister entre ces trois communes, mais la DETR, dotation d'équipement des territoires ruraux, va disparaître, ce qui impactera nécessairement leur budget.

Troisième difficulté : si chacune des deux communautés de communes a déjà la compétence scolaire, le SIVOS devra être maintenu sans la DETR, les habitants de ces communes devront alors payer deux fois les charges scolaires, d'une part à leur SIVOS de rattachement et d'autre part à la communauté de communes A ou B pour les autres SIVOS et structures scolaires implantés sur leur territoire respectif.

Quatrième difficulté : tant que les trois communes ignorent le devenir du SIVOS, elles sont dans l'attentisme, ce qui bloque leurs décisions d'engager de futurs investissements : dans le cas exposé, ces trois communes, face à l'augmentation rapide des effectifs à scolariser (98 enfants en 2009, 107 enfants à la rentrée 2010 et 119 enfants à la rentrée 2011) doivent envisager sans tarder la création d'une nouvelle classe (32% de leur population a moins de 30 ans).

Dans l'esprit de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 portant réforme des collectivités territoriales, quelle peuvent être leurs marges de manœuvre ? Il le remercie vivement de ses réponses.

Réponse de Intérieur

En attente de réponse

Questions similaires

Déposée le 19 novembre 2007 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 21 janvier 2019 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 11 décembre 2019 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 13 avril 2016 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 octobre 2005 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 5 juillet 2017 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 0%