Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Le problème du poids des lobbies dans le processus législatif

Question écrite de Mme Mathilde ANDROUËT - Commission européenne

Question de Mme Mathilde ANDROUËT,

Diffusée le 23 mars 2021

Objet: Le problème du poids des lobbies dans le processus législatif

Les critiques sur l’opacité des institutions européennes, et notamment sur le poids des lobbies dans les processus décisionnels, ne cessent de grandir. Il se trouve que les lobbyistes sont très présents au sein des groupes d’experts mis sur pied par la Commission lors de la première étape, déterminante, de préparation d’une nouvelle loi ou d’un règlement. Il y a quarante ans, il y avait moins de 1 000 lobbyistes répertoriés à Bruxelles. Ils sont officiellement 20 000 aujourd’hui, représentant majoritairement des intérêts commerciaux. Le Parlement a créé en 1995 un registre des lobbyistes, suivi en 2008 par la Commission. Ces deux instruments ont fusionné en 2011 en un registre européen de transparence, mais celui-ci fonctionne sur la base du volontariat et les informations mentionnées sont très parcellaires et réputées peu fiables. Autre problème, à la fois pratique et éthique, celui de la reconversion des commissaires européens, puisque, depuis 2010, près d’un tiers ont rejoint des lobbies industriels. Ils doivent certes prévenir la Commission de leur nouvel emploi, laquelle dispose de dix-huit mois pour le valider, mais ce délai paraît trop court.

La Commission entend-elle prendre de nouvelles dispositions sur ces points particuliers?

Réponse - Commission européenne

Diffusée le 15 juin 2021

Réponse donnée par la vice-présidente Jourová au nom de la Commission européenne (16 juin 2021)

La Commission applique une politique globale de transparence en ce qui concerne la représentation d'intérêts. Dans le cadre de cette politique, la Commission demande aux décideurs au niveau politique (1) et aux personnes directement chargées de les conseiller (2) de ne rencontrer que les représentants d'intérêts qui sont inscrits dans le registre de transparence (3) et de rendre publiques des informations sur ces réunions (4).

Le registre de transparence est géré conjointement par le Parlement européen et la Commission et contient actuellement plus de 12 000 déclarants. Le secrétariat commun du registre de transparence, qui gère le registre pour le compte des deux institutions, surveille en permanence la qualité du contenu du registre et veille de façon constante à ce que les déclarants continuent à remplir les conditions d'admissibilité et respectent le code de conduite du registre.

À la suite de l'accord politique intervenu en décembre 2020 concernant la proposition de la Commission relative à un accord interinstitutionnel sur un registre de transparence obligatoire, le nouvel accord interinstitutionnel a été signé par les trois institutions le 20 mai 2021 et devrait entrer en vigueur au début du mois de juillet 2021 après sa publication au Journal officiel. En vertu de cet accord, le registre est étendu au Conseil de l'Union européenne. Si l'inscription dans le registre demeure volontaire, le registre devient toutefois obligatoire de facto lorsque les institutions décident de subordonner certaines activités à un enregistrement préalable conformément à leurs règles et décisions internes (5).

En ce qui concerne les activités exercées par les anciens membres de la Commission après la fin de leur mandat, le code de conduite des membres de la Commission adopté en 2018 (6) a porté la période de notification à deux ans pour les anciens commissaires et à trois ans pour les anciens présidents. L'inscription dans le registre de transparence ne signifie pas que les employés des organisations enregistrées exercent nécessairement des activités de lobbying. La représentation d'intérêts ne constitue souvent qu'une petite partie de l'activité d'une organisation et peut même ne pas être liée à des intérêts commerciaux ou industriels, par exemple dans le cas d'universités, de groupes de réflexion et d'organisations non gouvernementales enregistrés. Il n'est donc pas correct d'assimiler automatiquement de tels emplois d'anciens commissaires à du lobbying pour des intérêts commerciaux ou industriels.

⋅1∙ Membres de la Commission.

⋅2∙ Membres des cabinets, directeurs généraux et chefs de service.

⋅3∙ https://ec.europa.eu/transparencyregister/public/homePage.do?redir=false&locale=fr

⋅4∙ Décision 2014/838/UE, Euratom de la Commission du 25 novembre 2014 concernant la publication d'informations sur les réunions tenues entre des directeurs

généraux de la Commission et des organisations ou des personnes agissant en qualité d'indépendants (JO L 2014 du 28.11.2014, p. 19), décision 2014/839/UE, Euratom de la Commission du 25 novembre 2014 concernant la publication d'informations sur les réunions tenues entre des membres de la Commission et des organisations ou des personnes agissant en qualité d'indépendants (JO L 2014 du 28.11.2014, p. 22). ⋅5∙ C'est le cas, par exemple, lorsque des personnes représentant un intérêt commun ou des organisations sont nommées membres de groupes d'experts de la

Commission.

⋅6∙ Code de conduite des membres de la Commission européenne (JO C 65 du 21.2.2018, p. 7).











Questions similaires

Déposée le 12 janvier 2021 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 14 juin 2022 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 36%
Déposée le 18 janvier 2024 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 72%