Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Production d'hydroélectricité par les moulins du Finistère

Question écrite de M. François Marc - Écologie

Question de M. François Marc,

Diffusée le 19 décembre 2002

M. François Marc attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur le potentiel offert par les moulins s'agissant de la production d'énergie hydraulique.

Le département du Finistère compte un nombre important de moulins à eau (400). Sur l'ensemble, une centaine de propriétaires souhaiterait s'équiper d'une installation permettant de produire de l'électricité.

Toutefois, une circulaire européenne établit que ce type d'ouvrage porte atteinte à la continuité écologique. Les moulins empêcheraient les poissons de remonter les rivières !

Cette même circulaire encourage cependant la production d'énergie hydraulique.

Dans ce cas, les droits d'eau des moulins doivent être vérifiés. Selon la persistance de ces droits, des solutions techniques alternatives existent comme par exemple les passes à poissons.

Etant donné l'objectif environnemental que constitue la production d'énergie propre et le patrimoine culturel et historique de ce type d'ouvrages, il souhaiterait connaître les possibilités d'évolution législative permettant de favoriser la production d'énergie par les moulins à eau.

Réponse - Écologie, développement durable, transports et logement

Diffusée le 19 décembre 2005

Les moulins à eau anciens, notamment fondés en titre, bénéficient de la réglementation la plus favorable à leur remise en exploitation. En effet, les ouvrages fondés en titre sont considérés comme autorisés au titre de la loi sur l'eau en application du II de l'article L. 214-6 du code de l'environnement, et ce, de manière perpétuelle.

Ce même article, en son VI, les soumet néanmoins à la police de l'eau. Ainsi, la réhabilitation d'un moulin dont le droit n'est pas perdu ne nécessite pas le dépôt d'un dossier de demande d'autorisation complète mais simplement d'un dossier d'information, permettant la remise en route des installations dans le respect des exigences environnementales actuelles.

Par ailleurs, la réhabilitation des moulins bénéficie de l'obligation d'achat prévue au 2° de l'article L. 314-1 du code de l'énergie pour les installations de production d'énergie renouvelable d'une puissance inférieure à 12 MW. Les moulins à eau sont même cités explicitement au 5° de cet article. Il ne semble donc pas qu'une modification législative soit nécessaire pour favoriser cette production.

Les difficultés de réhabilitation des moulins ne sont pas liées, la plupart du temps, aux procédures réglementaires qui leur sont applicables mais à la complexité de la situation juridique de ces ouvrages liée à leur très grande ancienneté : difficulté à délimiter la consistance légale du droit, situation administrative d'abandon ou de mine, gestionnaires multiples, propriété dispersée.

L'absence de rentabilité économique associée à la faiblesse de l'intérêt énergétique du site au regard des enjeux de restauration des milieux aquatiques concernés sont aussi des raisons qui limitent l'opportunité d'équiper les seuils présents dans les rivières pour la production hydroélectrique. Sur ce dernier point, il convient de noter que la production de la très petite hydraulique (installations d'une puissance inférieure à 1 000 KW) n'assure que 2 % de la production hydroélectrique totale alors que ces installations représentent 61 % du nombre d'ouvrages hydroélectriques situés sur les rivières.

La réhabilitation d'anciens moulins concerne essentiellement des puissances de quelques centaines, voire quelques dizaines de KW. Il convient de relativiser l'intérêt d'une remise en exploitation systématique de l'ensemble des moulins au regard du rôle très réduit que ces ré-exploitations pourront jouer dans l'atteinte des objectifs d'augmentation de 3 TWh d'ici 2012 et, à l'inverse, de l'impact cumulé notable que le maintien de l'ensemble des ouvrages continuerait d'exercer sur les milieux aquatiques. Un examen au cas par cas est donc opportun.

Questions similaires

Déposée le 19 novembre 2006 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 avril 2011 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 19 avril 2011 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 19 avril 2004 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 7 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 octobre 2009 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 62%