Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Rapport de la Cour des comptes préconisant la diminution du cheptel bovin

Question au Gouvernement de Mme Nadia Sollogoub - Agriculture et souveraineté alimentaire

Question de Mme Nadia Sollogoub,

Diffusée le 24 mai 2023

M. le président. La parole est à Mme Nadia Sollogoub, pour le groupe Union Centriste. (Applaudissements sur les travées du groupe UC.)

Mme Nadia Sollogoub. Ma question s'adresse à M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire.

La Cour des comptes a rendu lundi un rapport sur l'avenir de l'élevage bovin qui a causé sur toutes les travées de cet hémicycle de vives réactions. J'associe d'ailleurs à mon émotion Nathalie Goulet, Anne-Catherine Loisier et tous ceux qui sont élus dans des terres d'élevage bovin, c'est-à-dire nombre de mes collègues.

Monsieur le ministre, Laurent Duplomb vous a interpellé sur ce sujet hier et vous lui avez répondu que vous feriez fermement le choix de la souveraineté nationale en la matière.

Toutefois, le rapport en question préconise clairement de manger et de produire moins de viande et d'être ainsi à l'équilibre. De fait, de cette manière, on assurerait notre souveraineté...

Monsieur le ministre, pouvez-vous me confirmer que vous voulez davantage pour l'élevage bovin, qu'il faut que cette filière d'excellence reste exportatrice et conserve des capacités de production supérieures à notre autosuffisance ? (Applaudissements sur les travées du groupe UC, ainsi que sur des travées du groupe Les Républicains. - M. Daniel Chasseing applaudit également.)

Réponse - Agriculture et souveraineté alimentaire

Diffusée le 24 mai 2023

M. le président. La parole est à M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire.

M. Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire. Madame la sénatrice, votre question fait écho à un rapport de la Cour des comptes et à plusieurs questions qui m'ont été posées.

D'abord, j'invite chacun d'entre vous à lire la totalité du rapport de la Cour des comptes, sans vous limiter à la page 9 et à ses deux recommandations. Il faut rendre justice au travail qui a été accompli.

Ensuite, il est normal qu'un débat puisse avoir lieu, y compris avec la Cour des comptes, sur les équilibres à trouver. Au fond, la Cour des comptes propose la décroissance, c'est-à-dire une décapitalisation, pour répondre à des objectifs carbone que nous avons par ailleurs l'obligation de tenir.

Loin de moi l'idée de dire que l'élevage ne doit pas prendre sa part des efforts qu'il faut consentir en termes de décarbonation. D'ailleurs, les éleveurs se sont lancés dans cette voie. Ainsi, des travaux de recherche et d'innovation portant par exemple sur l'alimentation sont en cours pour tenir cette trajectoire.

Loin de moi aussi l'idée de dire qu'il ne faut pas tenir compte des évolutions de consommation depuis vingt ou trente ans. On sait que la consommation connaît une baisse structurelle et qu'il existe un report de la viande rouge vers la viande blanche. Il faut examiner cette tendance avec lucidité.

En revanche, ce qui est choquant, c'est de proposer comme seule perspective à un éleveur de ne plus être éleveur ! Or c'est bien l'objet de l'une des recommandations.

Mme Françoise Gatel. Eh oui !

M. Marc Fesneau, ministre. Voilà qui ne me semble pas acceptable. Ce n'est pas acceptable non seulement humainement, mais aussi au regard de certains territoires, en particulier ceux sur lesquels se trouvent les bovins allaitants, où il n'y a pas d'autre solution que de faire de l'élevage.

D'ailleurs, dans son rapport que je vous invite de nouveau à consulter, la Cour des comptes insiste sur la façon de mieux prendre en compte les autres services que rend l'élevage, en plus de celui, primordial, qui consiste à nous alimenter.

Nous devons réfléchir non seulement à la quantité de viande qu'il nous faut produire en France pour répondre aux besoins de consommation, mais aussi aux aménités qu'apporte l'élevage : les haies, le maintien des paysages ouverts, la lutte contre les incendies de forêt, le maintien des prairies, la préservation de la biodiversité...

Tout cela a de la valeur et il faut en tenir compte dans les soutiens financiers qui sont apportés à l'élevage.

Ne caricaturons pas les positions des uns et des autres. Nous avons besoin d'avoir une trajectoire carbone à l'échelon national, mais nous avons aussi besoin de respecter les éleveurs dans leur travail et dans les différentes aménités que leurs élevages apportent à la société française tout entière. (Applaudissements sur les travées du groupe RDPI.)

M. le président. La parole est à Mme Nadia Sollogoub, pour la réplique.

Mme Nadia Sollogoub. Monsieur le ministre, je savais déjà, mais vous me le prouvez une nouvelle fois, que vous connaissez le monde de l'élevage. Monsieur le président du Sénat le connaît très bien également et moi un petit peu. (Exclamations ironiques sur les travées des groupes CRCE, SER et GEST.)

On avait un peu l'impression que des experts s'étaient rendus dans une prairie pour mesurer le méthane émis... Vous qui vous y connaissez, vous savez qu'une vache qui pète au Brésil ou au Canada a exactement le même effet sur la planète que si elle le fait en France ! (Rires et applaudissements sur les travées des groupes UC, INDEP et Les Républicains.) Blague à part, monsieur le ministre, vous avez compris mon propos.

Si les politiques publiques et les experts de la Cour des comptes doivent maintenant tenir compte du bilan carbone dans les évaluations des politiques publiques, il va falloir cesser de soutenir le pouvoir d'achat des ménagères qui mettent dans leurs caddies des bananes ou du café, qui sont autant de produits au bilan carbone déplorable. (Applaudissements sur les travées des groupes UC, INDEP et Les Républicains.)

Questions similaires

Déposée le 17 janvier 2024 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 27 janvier 2021 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 15 décembre 2021 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 67%
Déposée le 9 octobre 2019 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 30 avril 2024 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 5 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 79%