Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Reconnaissance et prise en charge de l'endométriose

Question écrite de - Affaires sociales et santé

Question de ,

Diffusée le 12 juin 2013

Mme Natacha Bouchart attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la prise en charge de l'endométriose. Pathologie chronique et invalidante dont les effets pervers et les coûts induits sont accentués par les défaillances actuelles du système de prise en charge médicale, l'endométriose touche une femme sur dix.

L'association française de lutte contre l'endométriose, EndoFrance, préconise de modifier la formation initiale des généralistes, gynécologues, et de l'ensemble des spécialités concernées, pour y inclure, de manière détaillée, l'étude de la pathologie, et de créer des centres de référence en France pour la prise en charge des endométrioses sévères.

Elle demande également que l'endométriose fasse l'objet d'une campagne nationale de sensibilisation.

Par conséquent, elle lui demande de bien vouloir lui faire part des intentions du Gouvernement sur ce sujet.

Réponse - Affaires sociales et santé

Diffusée le 7 août 2013

L'endométriose est une pathologie fréquemment rencontrée en gynécologie puisqu'elle concerne environ une femme sur dix. Elle génère un grand nombre de symptômes et se manifeste par des douleurs pelviennes, des menstruations abondantes et peut entraîner une infertilité. Certaines endométrioses peuvent être des formes asymptomatiques.

L'information des patientes et des professionnels de santé se fait à l'aide des outils mis en place par l'Agence nationale de sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé (ANSM), la Haute autorité de santé (HAS) ainsi que par les sociétés savantes, tel que le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) ou les associations de patients.

Ceci est d'autant plus important que l'endométriose est une maladie, malheureusement, encore aujourd'hui difficile à diagnostiquer et à traiter. Il convient, en outre, de s'appuyer davantage sur les structures spécialisées existantes en France, que ce soit dans le domaine de la douleur ou dans celui de l'aide médicale à la procréation.

La ministre des affaires sociales et de la santé a tout à fait conscience de la nécessité d'accentuer les efforts engagés afin d'améliorer la qualité des diagnostics et des prises en charge de cette pathologie. Des travaux s'engagent actuellement au niveau des services ministériels à partir des contributions de l'association Endofrance.

Questions similaires

Déposée le 13 mars 2013 à 23h00
Similarité de la question: 80% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 17 juillet 2013 à 22h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 février 2013 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 février 2013 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 3 avril 2013 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 mars 2013 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 100%