Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Reconnaissance de la qualité de ressortissant de l'ONAC pour les orphelins de guerre et pupilles de la nation majeurs

Question écrite de - Anciens combattants

Question de ,

Diffusée le 6 novembre 1991

M. Georges Treille appelle l'attention de M. le secrétaire d'Etat aux anciens combattants et victimes de guerre sur le voeu répété de la Fédération nationale des fils des morts pour la France concernant " la reconnaissance de la qualité de ressortissant à part entière de l'O.N.A.C. (Office national des anciens combattants) pour les orphelins de guerre et pupilles de la nation majeurs ".

Ce voeu, prioritairement exprimé, revêt une grande importance morale et n'entraînerait qu'une dépense non significative. Il demande quelles dispositions sont envisagées pour donner satisfaction à ce voeu.

Réponse - Anciens combattants

Diffusée le 25 décembre 1991

Réponse. - L'article L. 470 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre définit les conditions qui permettent aux enfants adoptés par la Nation de bénéficier de la protection, du soutien moral et matériel de l'Etat pour leur éducation. L'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, dont les attributions sont définies par l'article D. 432 du code susvisé, accorde, en complément des aides du droit commun (allocations familiales, bourses d'études...) et dans le cas d'insuffisance des ressources de la famille, des subventions aux orphelins de guerre et aux pupilles de la Nation mineurs pour leur entretien et leur éducation.

Ces subventions peuvent être maintenues jusqu'au terme des études supérieures - dès lors qu'elles ont été entreprises avant la majorité, qui est toujours fixée pour cette catégorie, en regard des avantages conférés par le code, à vingt et un ans. Elles complètent les bourses de l'éducation nationale ou pallient leur absence.

Saisi d'un voeu tendant une nouvelle fois à obtenir que les pupilles de la Nation et les orphelins de guerre puissent, leur vie durant, bénéficier de l'assistance de l'Etat sans condition d'âge, le Conseil d'Etat a rappelé, le 15 février 1983, que l'Office national a la possibilité d'accorder dans des circonstances exceptionnelles à des pupilles majeurs des allocations prélevées sur le produit des dons et legs faits à l'établissement public et des aides imputées sur ces ressources propres.

De ce fait, les orphelins de guerre et pupilles de la Nation entrés avant leur majorité dans la vie active, ayant eu des problèmes de santé ou voulant parfaire, en raison d'aptitudes particulières, leurs études au-delà du cycle normal peuvent, après leur majorité, obtenir une subvention sur les fonds propres de l'établissement public pour mener à bien leurs études.

Dans le même souci, l'Office ouvre ses écoles de rééducation professionnelle aux pupilles et orphelins de guerre, même majeurs, à la recherche d'un premier emploi. De la même manière, il les accueille dans ses maisons de retraite quand ils ont atteint l'âge requis. D'autre part, les pupilles de la Nation et orphelins de guerre peuvent obtenir, sans condition d'âge, des prêts de première installation, prêts d'installation professionnelle cumulables dans certaines conditions d'amortissement plus favorables que celles consenties aux autres catégories de ressortissants de l'Office national.

Questions similaires

Déposée le 25 septembre 1991 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 25 septembre 1991 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 9 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 30 septembre 1992 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 72%
Déposée le 9 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 4 mars 1992 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 73%