Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Réforme de la taxe foncière non-bâti

Question écrite de - Budget

Question de ,

Diffusée le 26 octobre 1994

M. Philippe Richert rappelle les termes de sa question écrite no 2627 parue au Journal officiel du 9 septembre 1993 et adressée à M. le ministre du budget concernant une éventuelle réforme de la taxe foncière non-bâti. En effet, en l'état actuel des textes, la taxe foncière non-bâti est assise sur la valeur locative à l'hectare.

La conséquence en est que la taxe foncière non-bâti pèse plus lourdement sur les exploitations extensives que sur les exploitations intensives. Le mode de calcul actuel de cet impôt ne permet donc pas de tenir compte des techniques culturales retenues. Pour toutes ces raisons, il est demandé si le Gouvernement compte engager une réforme de cet impôt local.

Réponse - Budget

Diffusée le 11 janvier 1995

Réponse. - La taxe foncière sur les propriétés non bâties est un impôt réel : c'est une taxe sur la propriété qui est due, quels que soient son utilisation et les revenus qu'en tire le propriétaire. Il ne peut donc être envisagé de tenir compte du mode d'utilisation - intensif ou extensif - des terres, pour l'établissement de cette taxe, sans remettre en cause le fondement même des taxes foncières.

Une telle mesure serait, au surplus, techniquement inapplicable, car elle conduirait à prendre en compte, pour le calcul de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, des données qui sont propres à l'exploitation. Or la gestion de cet impôt se fait, non pas par exploitation, mais au niveau de la parcelle et du propriétaire.

Cela étant, le Gouvernement, conscient du poids que représente la taxe foncière sur les propriétés non bâties, s'est attaché à poursuivre la politique d'allègement de cet impôt. L'article 9 de la loi de finances pour 1993 (no 92-1376 du 30 décembre 1992), modifié par l'article 6 de la loi de finances rectificative pour 1993 (no 93-859 du 22 juin 1993), prévoit, d'une part, la suppression dès 1993 de la part régionale de la taxe foncière sur les propriétés non bâties afférente aux terres agricoles et, d'autre part, la suppression progressive, de 1993 à 1996, de la part départementale de la taxe foncière sur les propriétés non bâties afférentes à ces terres. Cette disposition va dans le sens des préoccupations de l'honorable parlementaire.

Questions similaires

Déposée le 8 septembre 1993 à 22h00
Similarité de la question: 88% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 janvier 1993 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 5 octobre 1994 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 28 octobre 1992 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 19 janvier 2003 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 16 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 69%