Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Régime d'exonération de la plus-value sur la cession des immeubles en France des Français de l'étranger

Question écrite de - Budget

Question de ,

Diffusée le 27 novembre 1991

M. Xavier de Villepin attire l'attention de M. le ministre délégué au budget sur le projet de loi de finances modifiant le régime actuel d'exonération de la plus-value sur la cession des immeubles constituant la résidence en France des Français de l'étranger. En effet, l'article 7 bis de ce projet prévoit de réserver cette exonération aux personnes qui, avant la cession, ont été fiscalement domiciliées en France pendant au moins un an.

Il n'existait auparavant aucune condition de domiciliation fiscale en France. Il lui demande ce qu'il en est de ce projet qui tend à remettre en cause une donnée fiscale fondamentale qui a pu guider dans leurs choix patrimoniaux un bon nombre de nos compatriotes vivant à l'étranger.

Réponse - Budget

Diffusée le 29 janvier 1992

Réponse. - L'article 150 C-I. b du code général des impôts exonère les plus-values consécutives à la cession d'immeubles ou de parties d'immeubles constituant la résidence en France des Français domiciliés hors de France, dans la limite d'une résidence par contribuable. A la suite de plusieurs décisions de jurisprudence, cette exonération a dû être étendue aux ressortissants des pays liés à la France par une convention internationale comportant une clause de non-discrimination fondée sur la nationalité.

Toutefois, pour éviter un détournement du texte initial, il est apparu nécessaire de réserver le bénéfice de cette exonération aux personnes qui, antérieurement à la cession, ont eu une attache véritable avec la France. Ainsi, compte tenu de la rédaction de l'article 9 de la loi de finances pour 1992, les Français expatriés continueront, comme par le passé, à bénéficier de l'exonération de la plus-value provenant de la cession de leur résidence en France dès lors que, dans leur quasi-totalité, ces Français ont été, à un moment quelconque avant la cession, fiscalement domiciliés en France.

Questions similaires

Déposée le 6 juillet 2022 à 22h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 25%
Déposée le 18 mars 2019 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 28 octobre 2015 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 41%
Déposée le 19 novembre 2005 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 52%
Déposée le 19 avril 2006 à 22h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 6 mai 1992 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 64%