Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Réglementation relative aux chambres mortuaires

Question orale sans débat de - Santé

Question de ,

Diffusée le 1 octobre 1999

M. Joseph Ostermann attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur l'activité funéraire. Celle-ci est régie par la loi nº 93-23 du 8 janvier 1993 qui met fin au monopole communal en matière d'opérations funéraires et définit, par ailleurs, le service extérieur des pompes funèbres.

Elle garantit le libre jeu de la concurrence entre opérateurs funéraires. En outre, la circulaire nº 18 du 14 janvier 1999 relative aux chambres mortuaires des établissements de santé stipule que " les établissements de santé qui, accueillant sans restriction dans leurs chambres mortuaires le corps de personnes non décédées en leur sein, assureraient ainsi, de fait, les fonctions de chambre funéraire " et seraient par conséquent passibles de sanctions pénales.

Le terme " sans restriction " est peu précis. Il lui demande donc d'en préciser la définition et la portée. Cette précision est importante, notamment en milieu rural, où de nombreuses petites entreprises artisanales de pompes funèbres ne disposent pas de chambres funéraires et sont contraintes de déposer les corps dans les chambres mortuaires des établissements de santé.

Il est donc primordial pour ces établissements de savoir s'ils sont en contravention avec la réglementation et s'ils sont, à ce titre, susceptibles d'être sanctionnés.

Réponse - Santé

Diffusée le 26 octobre 1999

M. Joseph Ostermann. Je souhaite attirer votre attention, madame la secrétaire d'Etat, sur l'activité funéraire.

Celle-ci est régie par la loi n° 93-23 du 8 janvier 1993, qui met fin au monopole communal en matière d'opérations

funéraires et définit, par ailleurs, le service extérieur des pompes funèbres.

Cette loi garantit le libre jeu de la concurrence entre opérateurs funéraires.

Par ailleurs, la circulaire n° 18 du 14 janvier 1999 relative aux chambres mortuaires des établissements de santé

énonce que « les établissements de santé qui, accueillant sans restriction dans leurs chambres mortuaires le corps de

personnes non décédées en leur sein, assureraient ainsi, de fait, les fonctions de chambre funéraire » et seraient, par

conséquent, passibles de sanctions pénales.

En tant que président d'un hôpital local et en tant que maire, j'estime que l'expression « sans restriction » est peu

précise. Pourriez-vous en préciser la définition et la portée ?

Cette précision est importante, notamment en milieu rural, où de nombreuses petites entreprises artisanales de

pompes funèbres ne disposent pas de chambres funéraires. Elles sont donc contraintes de déposer les corps dans les

chambres mortuaires des établissements de santé, modernisées et adaptées à la réglementation.

Il est donc primordial pour ces établissements de savoir s'ils sont en contravention avec la réglementation et s'ils sont,

à ce titre, susceptibles d'être sanctionnés.

M. le président. La parole est à Mme le secrétaire d'Etat.

Mme Dominique Gillot, secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale. Monsieur le sénateur, vous attirez mon

attention sur l'application de la loi du 8 janvier 1993, qui met fin au monopole communal en matière d'opérations

funéraires et qui définit le service extérieur des pompes funèbres.

Vous me demandez de préciser le sens des dispositions de la circulaire n° 18 du 14 janvier 1999, qui indiquent que les

établissements de santé « accueillant sans restriction » dans leurs chambres mortuaires le corps de personnes non

décédées en leur sein assureraient ainsi de fait les fonctions d'une chambre funéraire et s'exposeraient donc aux

sanctions pénales prévues à l'article L. 2223-35 du code général des collectivités territoriales.

J'observe que la circulaire susvisée rappelle préalablement que, conformément à la réglementation en vigueur, l'usage

des chambres mortuaires des établissements de santé et des maisons de retraite est réservé au dépôt des corps des

personnes décédées dans ces établissements.

La circulaire du 14 janvier 1999 admet cependant que, « à titre exceptionnel, la chambre mortuaire peut, sur réquisition

des autorités administratives ou judiciaires, servir à déposer le corps des personnes décédées sur la voie publique ou

dans un lieu ouvert au public lorsqu'il n'y a pas de chambre funéraire dans la commune où le décès a été constaté ou

dans une commune proche ».

La notion « d'accueil sans restriction » évoquée par la même circulaire s'applique donc à tout établissement de santé

qui accepte que soient déposés dans sa chambre mortuaire les corps de personnes non décédées en son sein, en

dehors des cas où la réquisition susmentionnée peut être prononcée. Il faut naturellement considérer qu'une telle

réquisition ne peut pas être prononcée à titre permanent à seule fin de pallier l'absence de chambre funéraire.

Le Gouvernement n'ignore pas les difficultés qui résultent de ce dispositif dans les zones rurales, compte tenu du faible

taux d'équipement des petites communes, et il réfléchit aux aménagements, nécessairement d'ordre législatif, qui

pourraient y être apportés sans remettre en cause l'équilibre général de la loi du 8 janvier 1993.

Toutefois, dans le contexte législatif actuel, il semble, comme l'indiquait du reste M. le ministre de l'intérieur, le 29 juin

dernier, dans une réponse à une question orale d'un de vos collègues, que les insuffisances d'équipement en chambres

funéraires ne puissent être résolues que par des initiatives s'appuyant sur l'intercommunalité.

M. Joseph Ostermann. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. Ostermann.

M. Joseph Ostermann. Madame la secrétaire d'Etat, je connaissais, bien entendu, la réglementation ; je regrette donc

que votre réponse ne traduise pas une plus grande ouverture.

Une centralisation à outrance dans le secteur funéraire pose de graves problèmes dans les zones rurales. Nos

concitoyens sont en effet très attachés à la proximité de ces services au moment du décès d'un de leurs proches.

La réglementation doit être modifiée. Non seulement elle met en danger un certain nombre de petites entreprises

funéraires, mais elle suscite des problèmes très graves dans les familles à un moment où elles n'en ont vraiment pas

besoin.

Je souhaite que ce que vous annonciez soit suivi d'effets.

Questions similaires

Déposée le 17 mars 1999 à 23h00
Similarité de la question: 83% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 5 novembre 1997 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 42%
Déposée le 4 mars 1999 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 62%
Déposée le 2 juillet 1997 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 10 mars 1999 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 41%
Déposée le 24 septembre 1997 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 33%