Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Régulation des dépenses de santé

Question écrite de - Affaires sociales

Question de ,

Diffusée le 25 décembre 1991

M. Henri Collette appelle l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'intégration sur les préoccupations récemment exprimées par la confédération des syndicats médicaux à propos de la régulation des dépenses de santé. Il lui demande la suite qu'il envisage de réserver aux propositions des médecins qui se déclarent prêts à s'engager pour une gestion optimale contractuelle de la santé, notamment en mettant en place avec les médecins un système fiable d'évaluation des dépenses, en créant des unions professionnelles permettant aux médecins d'assumer pleinement leurs responsabilités, en définissant entre gouvernement et syndicats médicaux une véritable politique de santé globale avec des moyens adaptés et des objectifs réalistes et en poursuivant la montée en charge de la formation médicale continue en assurant son indépendance.

Réponse - Affaires sociales

Diffusée le 26 août 1992

Réponse. - Le souci exprimé par l'honorable parlementaire d'assurer la pleine participation des médecins à la gestion du système d'assurance maladie par le développement d'une approche médicalisée assortie de procédures de concertation et d'évaluation est tout à fait partagé par le Gouvernement. Permettre une adaptation régulière des tarifs et des nomenclatures des actes médicaux, en fonction du contexte économique mais également des pratiques et techniques médicales, est un des principaux objectifs des dispositifs de maîtrise négociée des dépenses que le Gouvernement s'est attaché à promouvoir.

C'est pour cet ensemble de raisons que le Gouvernement a approuvé, le 5 mai 1992, l'avenant n° 3 à la convention nationale des médecins, signé entre la confédération syndicale des médecins de France et les trois caisses nationales d'assurance maladie. L'arrêt du Conseil d'Etat du 10 juillet 1992 annulant l'arrêté d'approbation de la convention nationale des médecins du 9 mars 1990 a rendu par voie de conséquence caduc l'ensemble du dispositif conventionnel et notamment l'avenant n° 3 à la convention.

En conséquence, les syndicats représentatifs des médecins devront entamer dès l'automne des négociations en vue de la conclusion d'une nouvelle convention. Afin de permettre à cette convention d'organiser une maîtrise concertée des dépenses associant étroitement les médecins, notamment à travers des unions professionnelles, des adaptations de la partie législative du code de la sécurité sociale sont nécessaires.

Les discussions entamées à ce sujet au printemps se poursuivront donc au Parlement à la session d'automne, un cadre légal étant indispensable à la nécessaire conclusion d'un nouveau texte conventionnel.

Questions similaires

Déposée le 25 décembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 22 juillet 1992 à 22h00
Similarité de la question: 54% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 13 novembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 13 novembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 30 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 68%
Déposée le 11 mars 1992 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 70%