Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Représentation des associations de locataires

Question écrite de Mme Laurence Garnier - Logement

Question de Mme Laurence Garnier,

Diffusée le 26 mai 2021

Mme Laurence Garnier attire l'attention de Mme la ministre déléguée auprès de la ministre de la transition écologique, chargée du logement, sur la situation des associations indépendantes de locataires.

Les associations de locataires indépendantes représentent environ 20 % des associations de défense des locataires en France, soit une association sur cinq. À ce jour, aucune fédération ne rassemble ces structures au sein d'une même union. En juillet 2018, lors des débats sur le projet de loi portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (ELAN), le ministre du logement de l'époque s'était engagé à « agréer une association qui serait une fédération d'associations indépendantes de locataires… »

L'union nationale des locataires indépendants (UNLI), qui rassemble depuis sa création en 1994 de nombreuses associations indépendantes sur l'ensemble du territoire national, a exprimé le souhait d'intégrer la commission nationale de concertation (CNC) ou le conseil national de l'habitat (CNH). Cet agrément permettrait à l'UNLI de représenter les associations de locataires indépendantes au sein de ces deux instances.

Ainsi, elle lui demande si le Gouvernement envisage d'intégrer l'union nationale des locataires indépendants (UNLI) aux deux instances dans l'esprit de ce qui avait été annoncé lors des débats au Sénat.

Réponse - Logement

Diffusée le 11 août 2021

L'article 93 de la loi no 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l'égalité et à la citoyenneté a modifié le code de la construction et de l'habitation (CCH) ainsi que la loi du 23 décembre 1986 tendant à favoriser l'investissement locatif, l'accession à la propriété de logements sociaux et le développement de l'offre foncière, afin de préciser que les représentants des locataires au capital des sociétés anonymes d'habitat à loyer modéré (SA HLM) et aux conseils d'administration des offices publics d'habitat (OPH) et des sociétés à économie mixte (SEM) gérant des logements sociaux sont élus sur des listes de candidats présentés par des associations qui doivent être « affiliées à une organisation nationale siégeant à la Commission nationale de concertation (CNC), au Conseil national de l'habitat (CNH) ou au Conseil national de la consommation (CNC) ».

Comme l'indique l'exposé sommaire de l'amendement à l'origine de cette disposition, celle-ci avait pour objectif « d'éviter des candidatures qui ne défendraient pas l'ensemble des locataires et qui seraient orientées vers des populations particulières. » Dans ce contexte législatif et réglementaire, le Gouvernement constate que l'organisation citée par la question n'a pas été absente des élections qui ont eu lieu du 15 novembre au 15 décembre 2018.

En effet, si elle n'a pu se présenter sous son propre nom, compte tenu, des nouvelles dispositions précitées, il apparaît toutefois qu'elle s'est affiliée à une autre organisation, membre du conseil national de la consommation. La liste des associations membres de ces organismes n'est toutefois pas figée et s'agissant, en particulier, de la Commission nationale de concertation, une association peut solliciter d'en être membre si elle satisfait les conditions prévues par les textes.

En effet, la qualité de membre définie par l'article 41 de la loi du 23 décembre 1986 prévoit que la CNC « comprend notamment des représentants des organisations représentatives au plan national de bailleurs, de locataires et de gestionnaires ». L'article 43 ajoute que « la représentativité des organisations de bailleurs, de gestionnaires et de locataires est appréciée d'après les critères suivants : a) Montant global des cotisations ; / b) Indépendance, expérience et activité de l'organisation dans le domaine du logement ; / c) En outre : (…) - pour les organisations de locataires, nombre et répartition géographique de leurs adhérents ».

L'ajout d'une organisation parmi celles qui sont visées à l'article 1er du décret no 88-274 du 18 mars 1988 portant application de l'article 41 de la loi du 23 décembre 1986, requiert donc une demande en ce sens de l'association concernée, justifiant des critères susmentionnés. À cet égard, il demeure possible pour une association, notamment si elle en fédère plusieurs, de solliciter son agrément auprès du ministère chargé du logement dans le cadre des dispositions précitées, en justifiant de sa représentativité.

Par conséquent, au regard de l'objectif poursuivi par la disposition en cause et des possibilités offertes aux associations de participer aux élections concernées, le Gouvernement n'entend pas modifier les dispositions de la loi pour des prochaines élections qui auront lieu en 2022.

Questions similaires

Déposée le 31 mai 2021 à 22h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 14 juin 2021 à 22h00
Similarité de la question: 81% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 2 août 2021 à 22h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 12 mai 2021 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 24 mai 2021 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 12 mai 2021 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 100%