Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Revalorisation de la fonction enseignante

Question écrite de - Éducation

Question de ,

Diffusée le 5 juin 1991

M. Jean-Pierre Blanc attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, sur l'accès aux échelles hors classes annoncé pour septembre 1989 et septembre 1990 ; l'intégration dans l'échelle des certifiés annoncée pour septembre 1989 ; l'accès des instituteurs à l'échelle des professeurs des écoles prévu en septembre dernier ; le tableau d'avancement P.L.P. 1 - P.L.P. 2 annoncé en septembre 1990 ; les mesures indemnitaires fixées en septembre 1990 dont aucun décret d'application n'a encore vu le jour. Il lui demande quelles sont ses intentions à ce sujet.

Réponse - Éducation

Diffusée le 15 avril 1992

Réponse. - Le plan de revalorisation de la situation des personnels enseignants arrêté par le Gouvernement en 1989 prévoit un ensemble cohérent de mesures étalées sur 10 ans pour un coût budgétaire total de 18 milliards de francs. En inscrivant cet effort dans la durée, le Gouvernement a clairement marqué la priorité accordée à l'éducation nationale et la considération portée à ses personnels.

Lors de la préparation du projet de loi de finances pour 1992, quatrième année d'application de ce plan, les services de l'éducation nationale ont présenté un dossier prévoyant la mise en oeuvre de toutes les mesures de revalorisation prévues par le relevé de conclusions du printemps 1989. Ces mesures nouvelles représentaient, pour l'ensemble des personnels, un coût de 1,3 milliard de francs.

Compte tenu des difficultés d'élaboration du projet de loi de finances pour 1992 et de la conjoncture, certaines mesures n'ont pas été retenues par le Gouvernement et ont dû être différées. Il s'agit, notamment, du troisième contingent des congés de mobilité, de la mesure relative à l'indemnité forfaitaire des personnels d'éducation et des modalités de calcul du volume des hors-classe des corps de certifiés et assimilés (professeurs d'éducation physique et sportive, professeurs de lycée professionnel du second grade et conseillers principaux d'éducation).

Sur ce dernier point, le Gouvernement a décidé de ne pas tenir compte, pour le calcul des hors-classe au 1er septembre 1992, des créations et transformations d'emplois proposées en loi de finances. Cependant, avec l'accord de principe du Premier ministre, il est envisagé que ces emplois soient pris en compte pour le calcul des hors-classe au 1er janvier 1993, et non au 1er septembre 1993 comme initialement prévu, et que la mesure relative à l'indemnité forfaitaire des personnels d'éducation prenne également effet au 1er janvier 1993.

Toutefois, ces décisions ne remettent pas en cause l'ensemble duplan de revalorisation, et notamment les mesures les plus importantes pour les enseignants : la création du corps des professeurs des écoles avec des bornes indiciaires identiques à celles des certifiés, la mise en place des hors-classe dans tous les corps, le plan d'intégration des adjoints d'enseignement et des PLP 1 dans le corps des certifiés et dans le grade de PLP 2, l'amélioration du régime indemnitaire (indemnité de suivi et d'orientation des élèves, indemnités de sujétions spéciales - pour les enseignants en zone d'éducation prioritaire notamment).

L'ensemble des mesures nouvelles proposées en faveur des personnels représentent d'ailleurs un coût de plus de 1,2 milliard de francs dans la loi de finances pour 1992.

Questions similaires

Déposée le 20 novembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 26 février 1992 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 12 février 1992 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 20 novembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 27 novembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 15 janvier 1992 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 81%