Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Revalorisation des prestations familiales

Question écrite de - Famille

Question de ,

Diffusée le 22 janvier 1992

M. Charles Descours attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la famille, aux personnes âgées et aux rapatriés sur l'insuffisance du taux des prestations familiales. Le législateur avait voulu faire de cette allocation une véritable compensation des charges familiales à l'égard des parents qui investissent une part de leur temps et de leurs ressources dans l'éducation et l'entretien de leurs enfants.

Or, si l'on compare attentivement l'évolution des prestations familiales par rapport à celles des prix et salaires établis par l'I.N.S.E.E. on peut conclure qu'un sérieux décalage existe entre ces différentes données qui ne permet plus en l'état de remplir son rôle initial. Aussi, il lui demande de lui définir les objectifs et les moyens que le Gouvernement compte mettre en oeuvre en 1992 afin de promouvoir une vraie politique de la famille et d'encourager la natalité qui sans une sensible hausse du taux des prestations familiales ne peut revenir à une situation m inimale normale.

Réponse - Famille

Diffusée le 26 février 1992

Réponse. - Le Gouvernement partage pleinement les préoccupations des parlementaires et des partenaires sociaux de voir la collectivité réserver aux familles et à la politique familiale toute la place et toute importance qu'elles méritent. Il n'a malheureusement pas été possible de fixer le taux de revalorisation des prestations familiales pour 1992 au niveau souhaité notamment par les associations familiales.

Le Gouvernement a en effet le souci d'assurer l'équilibre général de la sécurité sociale compte tenu des fortes contraintes qui pèsent sur celle-ci sous l'effet conjugué du ralentissement économique international et des augmentations importantes des dépenses d'assurance maladie et de retraite. Dans cette situation difficile, qui impose aux pouvoirs publics et aux partenaires sociaux un effort soutenu de maîtrise des dépenses, le Gouvernement a été conduit à fixer pour 1992, à 1 p. 100 au 1er janvier et à 1,8 p. 100 au 1er juillet, le taux d'augmentation des prestations familiales.

Cette évolution de 2,8 p. 100 sur l'année est identique en niveau à celle prévue pour les prix au cours de l'année. Il s'agit donc d'une mesure dictée à la fois par les difficultés présentes et par le souci de garantir aux familles une évolution des prestations préservant au mieux leur pouvoir d'achat.

Il convient par ailleurs de souligner que, malgré les difficultés signalées, le Gouvernement a récemment arrêté deux mesures qui prendront effet en 1992 et qui contribueront à améliorer sensiblement la situation de certaines familles : d'une part, dès le 1er janvier 1992, les familles recourant à une assistante maternelle pour la garde de leurs enfants recevront une prestation de 500 francs par mois pour un enfant de moins de trois ans et de 300 francs par mois pour un enfant de trois à six ans.

Cette nouvelle mesure, qui entraînera un coût supplémentaire de plus de 1 100 millions de francs pour la branche famille, allègera sensiblement le coût de la garde des enfants ; d'autre part sera poursuivi en 1992 l'alignement décidé par la loi du 31 juillet 1991, du montant des allocations familiales versées dans les départements d'outre-mer sur celui appliqué en métropole : après les étapes prévues au 1er janvier et au 1er juillet 1992, l'écart existant au 30 juin 1991 aura été réduit de moitié.

Ainsi le montant des allocations perçues par les familles des D.O.M. sera-t-il en moyenne supérieur de 40 p. 100 à ce qu'il aurait été sans la mise en oeuvre pratique de l'égalité sociale avec la métropole. Ces nouvelles mesures s'ajoutant à des dispositions prises ces toutes dernières années pour améliorer la compensation des charges familiales.

Ainsi en 1990, l'âge d'ouverture des droits aux prestations familiales, en cas d'inactivité de l'enfant a été porté de dix-sept à dix-huit ans,le versement de l'allocation de rentrée scolaire prolongé de seize à dix-huit ans et son bénéfice étendu aux familles percevant l'aide personnalisée au logement, le revenu minimum d'insertion ou l'allocation aux adultes hadicapés.

Enfin, la politique familiale est nécessairement globale. Elle doit concerner toutes les dimensions de la vie familiale à savoir non seulement les prestations familiales et l'action sociale des caisses d'allocations familiales mais également la politique de l'environnement de la famille, dans tous ses aspects, qu'il s'agisse par exemple de la fiscalité, de la santé ou du statut des parents.

Il convient donc de ne pas dissocier ces différentes composantes et de considérer notamment que les trois branches de la sécurité sociale apportent leur contribution à la politique menée dans ce domaine. ; leur contribution à la politique menée dans ce domaine.

Questions similaires

Déposée le 15 janvier 1992 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 29 janvier 1992 à 23h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 25 décembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 15 janvier 1992 à 23h00
Similarité de la question: 52% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 29 janvier 1992 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 15 janvier 1992 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 99%