Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Revendication des praticiens à diplôme hors Union européenne

Question écrite de - Affaires sociales et santé

Question de ,

Diffusée le 26 juin 2013

Mme Catherine Génisson attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les difficultés empêchant la bonne intégration des praticiens à diplôme hors Union européenne au sein du système de soins français. Les responsables du Syndicat national des praticiens à diplôme hors Union européenne (SNPADHUE) soulignent que la loi n° 2012-157 du 1er février 2012 relative à l'exercice des professions de médecin, chirurgien-dentiste, pharmacien et sage-femme pour les professionnels titulaires d'un diplôme obtenu dans un État non membre de l'Union européenne a, certes, permis une meilleure reconnaissance du parcours professionnel dans le processus de validation des praticiens à diplôme hors Union européenne exerçant sur le territoire français, cependant ils regrettent que ce processus ne prenne pas suffisamment en compte la spécificité des chirurgiens-dentistes.

Ils évoquent aussi les blocages liés au manque de services et aux restrictions budgétaires pour les chirurgiens-dentistes et les sages-femmes et proposent la suppression de l'année probatoire pour les chirurgiens-dentistes et sages-femmes, par le biais d'une modification de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires.

Enfn, les responsables du SNPADHUE insistent aussi sur la situation des ressortissants Français à diplôme hors Union européenne qui ne peuvent prétendre qu'à passer un concours lors des épreuves de vérification de connaissances, alors que s'ils étaient inclus dans une liste spécifique dite « liste B », ils pourraient alors passer un concours.

Elle souhaite connaître les suites réservées par le ministère des affaires sociales et de la santé à ses différentes revendications.

Réponse - Affaires sociales et santé

Diffusée le 30 octobre 2013

L'article L. 4111-2-I du code de la santé publique organise la procédure d'autorisation d'exercice dont peuvent bénéficier les praticiens titulaires de diplômes médicaux délivrés par un État tiers à l'Union européenne ne remplissant pas les conditions légales d'exercice de leur profession en France. Le dispositif aménagé en 2006, puis en 2012 dans le cadre de la loi n° 2012-157 du 1er février 2012 relative à l'exercice des professions de médecin, chirurgien-dentiste, pharmacien et sage-femme pour les professionnels titulaires d'un diplôme obtenu dans un État non membre de l'Union européenne, repose en partie sur la réussite à des épreuves anonymes de vérification des connaissances.

L'objectif des aménagements de la procédure intervenus en 2006 comme en 2012 est à la fois de mieux prendre en compte la situation particulière et l'expérience acquise par les praticiens recrutés depuis plusieurs années et ayant rendu de nombreux services dans les établissements publics de santé, et de ne pas fragiliser la continuité du fonctionnement des établissements qui emploient ces praticiens, en leur permettant de poursuivre leurs fonctions sous des statuts ne relevant pas du plein exercice jusqu'à épuisement de leur droit à se présenter aux épreuves de vérification des connaissances, et au plus tard jusqu'au 31 décembre 2016.

Ces dispositions transitoires constituent une dérogation au principe qui demeure en vigueur de l'interdiction de nouveaux recrutements de médecins et chirurgiens-dentistes titulaires de diplômes délivrés par un État tiers à l'Union européenne par les établissements publics de santé, fixé par la loi n° 99-641 du 27 juillet 1999 et par la loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002.

Compte tenu de ces objectifs, il n'est pas envisagé d'élargir à nouveau la population de professionnels ciblée par le dispositif transitoire d'autorisation d'exercice par une modification de la loi du 1er février 2012. De même, pour des raisons de santé publique, il convient de garantir une véritable évaluation des pratiques professionnelles pour l'ensemble des professions médicales, et par conséquent de maintenir l'exigence d'une année de fonctions probatoires pour les chirurgiens-dentistes et les sages-femmes candidats à l'autorisation d'exercice.

Toutefois, des mesures réglementaires sont intervenues récemment (décret n° 2013-628 du 16 juillet 2013 relatif aux fonctions à accomplir par les candidats à l'autorisation d'exercice pour les professions de médecin, de chirurgien-dentiste et de pharmacien), afin de dispenser l'ensemble des médecins et pharmaciens internes à titre étranger et des chirurgiens-dentistes titulaires du certificat d'études cliniques spéciales mention orthodontie, lauréats des épreuves de vérification des connaissances, des fonctions probatoires requises après la réussite à ces épreuves, compte tenu du haut niveau de compétence de ces praticiens, attesté par l'obtention de diplômes de spécialité français.

Afin d'améliorer encore l'ensemble du dispositif de sélection des praticiens titulaires de diplômes hors Union européenne accédant à la plénitude d'exercice en France, une nouvelle mesure législative est envisagée et est actuellement en cours d'étude par les services du ministère des affaires sociales et de la santé.

La situation et les difficultés spécifiques des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes seront prises en compte dans le cadre de la réflexion qui a été engagée dans cette perspective.

Questions similaires

Déposée le 26 juin 2013 à 22h00
Similarité de la question: 80% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 26 juin 2013 à 22h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 10 juillet 2013 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 62%
Déposée le 19 avril 2009 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 67%
Déposée le 19 décembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 19 décembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 85%