Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Risques de contamination par le virus du SIDA dans les prisons\n

Question écrite de Mme Patricia Schillinger - Santé

Question de Mme Patricia Schillinger,

Diffusée le 19 juillet 2010

Mme Patricia Schillinger attire l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur la proposition exprimée par l'association AIDES 68 concernant la réduction des risques de contamination par le VIH/Sida pour les détenus usagers de drogue. En effet, depuis cinq ans de nombreux rapports confirment la situation alarmante des prisons françaises, et plus particulièrement sur la très grande précarité sanitaire faite aux détenus.

Alors que l'accès au matériel de réduction des risques a été légalement reconnu partout en France, il reste interdit en prison. Ainsi, afin de prévenir la transmission du virus du sida en prison, AIDES 68 préconise que les détenus usagers de drogues, qui représentent 30 % de la population carcérale, aient accès aux programmes d'échange de seringues (PES), comme c'est le cas dans d'autres pays de l'Union européenne tels que l'Allemagne et l'Espagne.

En conséquence, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles sont les mesures que le Gouvernement compte prendre pour réduire le risque de contamination du VIH/Sida dans les prisons.

Réponse - Santé

Diffusée le 19 août 2008

L'ouverture de programmes d'échange des seringues est demandée par les associations depuis plusieurs années. Or, à ce jour, aucune donnée relative à la consommation des drogues par voie intraveineuse et les pratiques de partage du matériel d'injection et d'hygiène et à la prévalence VIH-VHC parmi les personnes détenues ne sont disponibles.

La réalisation, en octobre 2008, d'une enquête de l'institut de veille sanitaire et de la direction générale de la santé (InVS - DGS) intitulée « Prévalence de l'infection par le VIH et par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les personnes détenues et état des lieux relatif à la mise en oeuvre des traitements de substitution au sein des unités de consultation et de soins ambulatoires (UCSA) des établissements pénitentiaires en France métropolitaine et DOM » (étude PREVACAR) permettra d'améliorer les connaissances sur ce problème.

Toutefois, cette étude ne permettra pas d'appréhender la proportion des usagers de drogues en prison ni les cas avérés de transmission par l'échange de seringues. Il est à noter que les exemples étrangers ne sont pas toujours reproductibles en France en raison notamment des différences qui existent dans les systèmes de santé en milieu carcéral entre les pays.

Questions similaires

Déposée le 11 février 2015 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 28%
Déposée le 16 juillet 1997 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 72%
Déposée le 17 septembre 1997 à 22h00
Similarité de la question: 54% Similarité de la réponse: 14%
Déposée le 3 avril 2019 à 22h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 19 mars 2004 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 38%
Déposée le 3 septembre 2018 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 0%