Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Risques liés à la vaccination contre le papillomavirus

Question écrite de M. Roland Courteau - Affaires sociales, santé et droits des femmes

Question de M. Roland Courteau,

Diffusée le 15 octobre 2014

M. Roland Courteau attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur les risques liés à la vaccination contre le papillomavirus. Le 4 février 2014, le Président de la République annonçait vouloir doubler la vaccination contre le papillomavirus dans le cadre du plan anti-cancer.

Or de nombreuses alertes sanitaires amènent à la plus grande prudence en la matière. En effet, en France, de nombreuses victimes ont engagé des poursuites pénales à la suite de graves effets secondaires, quand aux États-unis, on dénombre plusieurs cas de décès. De plus, l'efficacité de la vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) n'est pas démontrée.

Le haut conseil de la santé publique estime à moins de 20 % son efficacité tous virus VPH confondus chez les 16-23 ans. Plusieurs études démontrent même qu'il pourrait avoir un effet contraire au but escompté. Le frottis cervico-utérin reste le mode de prévention du cancer du col de l'utérus le plus efficace, il doit à ce titre être généralisé.

Au vu de tous ces éléments, il aimerait connaître la position du Gouvernement et savoir si une remise en cause de la campagne de vaccination est envisagée.

Réponse - Affaires sociales, santé et droits des femmes

Diffusée le 4 mars 2015

La vaccination par le vaccin anti-papillomavirus est indiquée pour la prévention des lésions pré-cancéreuses et du cancer du col de l'utérus, deuxième cancer chez la femme jeune avec 2 800 nouveaux cas par an. Ce cancer est responsable de 1 000 décès de femmes par an en France. L'infection à papillomavirus humains (HPV), très fréquente, est l'une des trois principales infections sexuellement transmissibles en population générale.

La stratégie de prévention globale du cancer du col de l'utérus s'appuie sur le dépistage par frottis cervico-utérin et sur la vaccination, conformément aux avis rendus par les instances scientifiques (haut conseil de la santé publique (HCSP) et haute autorité de santé (HAS). Deux vaccins prévenant l'apparition de lésions précancéreuses du col de l'utérus ont été autorisés au niveau européen et sont disponibles en France.

Dès leur mise sur le marché français en 2006 pour le premier vaccin disponible, puis en 2008 pour le deuxième, l'agence nationale chargée de la sécurité des médicaments a mis en place un plan national de gestion des risques qui comporte un suivi des effets indésirables, un suivi du registre national des grossesses et une étude visant à évaluer le risque éventuel de maladies auto-immunes.

À ce jour, les mesures de suivi mises en place en Europe et en France ne montrent pas d'association significative entre cette vaccination et le risque de survenue de maladies auto-immunes. Les éléments disponibles ne permettent pas de remettre en cause l'intérêt apporté par la vaccination anti-papillomavirus qui, en association avec le dépistage par frottis des lésions cervicales, contribue à lutter contre le cancer du col de l'utérus.

L'Académie de médecine s'est encore prononcée très clairement sur ce point en décembre 2013. Enfin, le HCSP a produit un rapport sur cette vaccination en juillet 2014 dans lequel il réitère ses recommandations pour la mise en place de modalités d'administration de la vaccination permettant d'atteindre un pourcentage élevé de jeunes filles.

Questions similaires

Déposée le 26 février 2014 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 97%
Déposée le 19 février 2014 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 97%
Déposée le 13 novembre 2013 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 67%
Déposée le 1 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 82%