Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Rôle primordial de la recherche agronomique

Question écrite de M. Jérôme Bignon - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Question de M. Jérôme Bignon,

Diffusée le 1 avril 2015

M. Jérôme Bignon attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur les entraves régulières rencontrées par le secteur de la recherche agronomique. En effet, sont à déplorer trop régulièrement des actions menées par « des faucheurs volontaires », qui n'hésitent pas à mener des actions au mépris de la réglementation en vigueur.

Le centre de l'institut national de la recherche agronomique (INRA) dans le Vaucluse a été le théâtre d'une opération surprise en octobre 2014. Des agriculteurs utilisant pourtant des semences inscrites au catalogue officiel et qui sont donc autorisées sont également trop souvent inquiétés par des militants qui s'introduisent sur leurs exploitations.

À l'heure où l'agriculture française doit relever des défis, alimentaires et environnementaux, tout en préservant les ressources naturelles, il est indispensable que la recherche publique ou conduite en partenariat avec le secteur privé puisse mener ses travaux sans subir des dégradations à répétition et dont le coût financier est de surcroît très important.

En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser, d'une part, les mesures que le Gouvernement entend prendre pour faire respecter la réglementation en vigueur et, d'autre part, comment il envisage de réaffirmer le rôle primordial de la recherche agronomique qui doit permettre de concilier performance économique et écologique à l'heure où notre agriculture doit relever des défis majeurs qui s'inscrivent également au cœur des exigences et des négociations climatiques.

Réponse - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Diffusée le 22 avril 2015

Le ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt condamne les actes qui ont conduit à des destructions de cultures commerciales ou expérimentales tolérantes à des herbicides. Ces actes sont contraires au principe du respect de la propriété privée et relèvent des sanctions prévues par le code pénal pour la destruction du bien d'autrui.

Les variétés tolérantes aux herbicides peuvent contribuer à résoudre des cas problématiques de désherbage. Toutefois leur utilisation comporte deux risques principaux : d'une part la diffusion du caractère de tolérance aux herbicides (TH) à des espèces sauvages, notamment à des adventices, et d'autre part l'amplification du phénomène d'acquisition de résistance à des herbicides par les mauvaises herbes.

L'inscription des variétés au catalogue officiel français constitue une autorisation de mise sur le marché des semences de ces variétés conformément à la réglementation européenne en vigueur. Les variétés tolérantes aux herbicides (VTH) sont soumises aux règles générales d'inscription au catalogue des variétés, au même titre que les autres variétés.

L'inscription de chaque variété est arrêtée par le ministre chargé de l'agriculture, sur proposition du comité technique permanent de la sélection des plantes cultivées (CTPS). Une variété tolérante aux herbicides peut être inscrite au catalogue officiel en vue d'être multipliée et commercialisée en France, sous réserve qu'elle satisfasse aux règles fixées par le règlement technique applicable à l'espèce.

La durabilité des solutions de désherbage est un enjeu majeur. Toutes les solutions pour lutter de façon efficace contre les adventices doivent donc être explorées. Les solutions agronomiques liées aux dates de semis, au travail du sol, ou au désherbage mécanique et à la combinaison de différentes techniques doivent être privilégiées avant le recours aux solutions chimiques.

La recherche en agronomie est fondamentale pour l'agriculture française. En 2015, l'appel à projet du compte d'affectation spécial pour le développement agricole et rural (CASDAR) « semences et sélection végétale » est à nouveau doté d'une enveloppe de 1,33 millions d'euros pour soutenir une recherche appliquée conduite en partenariat entre la recherche publique et les opérateurs privés, répondant à l'ambition de contribuer à l'élaboration des variétés, des semences et des plants pour une agriculture durable.

Questions similaires

Déposée le 8 avril 2015 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 18 mars 2015 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 29 avril 2015 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 3 juillet 2013 à 22h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 19 octobre 2006 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 31 juillet 2013 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 77%