Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Sauvegarde de la filière apicole en outre-mer

Question écrite de M. Maurice Antiste - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Question de M. Maurice Antiste,

Diffusée le 19 décembre 2007

M. Maurice Antiste attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur les très graves problèmes des filières apicoles d'outre-mer, et notamment à la Martinique.

La consommation de miel dans les DOM, et à la Martinique en particulier, connaît une croissance constante depuis quelques années, ce qui permet de qualifier le secteur apicole martiniquais de « marché porteur ». D'ailleurs, la qualité de la production du miel local est telle qu'elle a fait l'objet d'une charte « Qualité Miel », sous la marque Produit du parc naturel régional de la Martinique, qui permet ainsi la valorisation et la promotion des ressources naturelles et culturelles du territoire.

S'il est vrai que cette qualité participe à la consommation du miel en Martinique (de l'ordre de 200 à 400 tonnes), la production locale ne suffit pas à satisfaire la demande, les exportations à destination des autres îles ou de l'Europe étant elles-mêmes marginales.

Il lui demande donc quelles solutions sont envisagées pour répondre à cette difficulté de production, solution qui pourrait passer par la mise à disposition gracieuse de lieux d'implantation de ruchers dans les zones sous contrôle de l'État (littoral, mangroves ou zones sèches) puisque l'abeille joue un rôle entomophile vital dans la biodiversité des pollinisateurs.

De plus, les apiculteurs ont de plus en plus de mal à vivre de leur production : pour information, en une vingtaine d'années, le prix du litre de miel est passé de 25 à 18 euros en moyenne, quand en même temps la productivité de chaque ruche était divisée par trois et que les importations étaient multipliées par dix.

Parallèlement, l'urbanisation, la déforestation et les phénomènes naturels (cyclones ou sécheresse) ont diminué la nourriture des abeilles qu'il faut donc nourrir pendant une intersaison de plus en plus longue. La grande difficulté reste donc financière : le coût de production d'un litre de miel est de 12 euros pour un prix de revient de 16 euros et un prix de vente à 18 euros.

Il lui demande donc de quelle manière il compte soutenir le développement de la filière apicole en outre-mer.

Réponse - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Diffusée le 19 décembre 2012

À la suite des préconisations rendues par l'office de développement de l'économie agricole d'outre-mer (ODEADOM), un audit de la filière apicole en Martinique a été mené en 2011 par la chambre d'agriculture de la Martinique. Cet audit, qui a mis en lumière les difficultés de production que rencontre la filière, a permis d'élaborer un programme d'actions pertinent pour répondre aux besoins de la filière.

Ce programme poursuit quatre objectifs : organiser et soutenir la production, encadrer les producteurs, assurer le renouvellement du cheptel et moderniser les équipements de production. Il sera présenté au conseil d'administration de l'ODEADOM en mai 2013 afin de déterminer le budget qui sera alloué à ces actions.

Questions similaires

Déposée le 14 août 2017 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 22 janvier 2024 à 23h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 2 octobre 2017 à 22h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 9 avril 2014 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 33%
Déposée le 15 janvier 2024 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 27 juillet 2022 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 34%