Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Schémas de cohérence territoriale et hausse des prix des terrains à bâtir

Question écrite de M. François Grosdidier - Logement et habitat durable

Question de M. François Grosdidier,

Diffusée le 30 mars 2016

M. François Grosdidier rappelle à Mme la ministre du logement et de l'habitat durable les termes de sa question n°17894 posée le 24/09/2015 sous le titre : " Schémas de cohérence territoriale et hausse des prix des terrains à bâtir ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.

Réponse - Logement et habitat durable

Diffusée le 6 juillet 2016

La prise de conscience générale d'une consommation excessive des terres agricoles et naturelles pour l'urbanisation a été mise en évidence lors des débats du « Grenelle de l'environnement », conclus par le vote de deux lois, dites Grenelle 1 et Grenelle 2. Le principe d'obliger les établissements publics porteurs de Schéma de cohérence territoriale (SCOT) à mesurer cette consommation d'espaces effective, et de fixer des objectifs chiffrés de limitation de cette consommation d'espace à l'horizon du SCOT (15 à 20 ans), est inscrit dans le code de l'urbanisme depuis l'adoption de la loi Grenelle 2.

La loi pour l'accès au logement et urbanisme rénové (ALUR) promulguée en 2014 a maintenu ce principe en encourageant les élus à identifier dans les SCOT les capacités de densification et de mutation de leur territoire. L'objectif des SCOT est donc de définir un projet stratégique équilibré, destiné d'une part à répartir équitablement, mais suivant une armature urbaine organisée, la construction de logements, d'autre part à économiser le foncier agricole et naturel.

La mobilisation des dents creuses et de toutes les sortes de friches existantes est donc à engager en priorité pour transformer ces sites délaissés en projets urbains durables. L'exercice est complexe et nécessite une bonne analyse des besoins, des conditions de production des logements et une valorisation des possibilités de renouvellement ou de réinvestissement du tissu bâti existant, en promouvant quand c'est opportun des densités plus fortes, respectueuses de la qualité du cadre de vie, mais il est indispensable pour une localisation adaptée des logements neufs, prenant en compte en particulier les besoins de mobilité des habitants et d'accès aux emplois et services.

C'est collectivement que seront conciliés les objectifs de production de logements et de limitation de la consommation d'espace. S'agissant des conditions d'ouverture à l'urbanisation des zones à urbaniser non équipées, communément appelées « 2AU » dans les plans locaux d'urbanisme (PLU) et « 2NA » dans les plans d'occupation des sols (POS), la loi ne prévoit pas, leur reclassement en zone naturelle ou agricole au bout de 9 ans.

Elle impose en réalité le recours à une révision du document d'urbanisme, et non à sa simple modification, pour ouvrir ces zones à l'urbanisation. Cette obligation procédurale ne s'applique toutefois pas si la zone a déjà fait l'objet d'acquisitions foncières significatives de la part de la commune ou de l'établissement public de coopération intercommunale compétent, directement ou par l'intermédiaire d'un opérateur foncier.

Lorsque l'ouverture à l'urbanisation de ces zones est nécessaire à la réalisation d'un projet public ou privé de travaux, de construction ou d'opération d'aménagement, présentant un caractère d'utilité publique ou d'intérêt général, la mise en compatibilité du PLU pour permettre leur ouverture à l'urbanisation peut également faire l'objet d'une déclaration d'utilité publique ou, si une déclaration d'utilité publique n'est pas requise, d'une déclaration de projet.

Ainsi, cette disposition de la loi ALUR prend bien en compte la nécessité d'une consommation économe et raisonnée de l'espace sans compromettre la réalisation des projets, c'est pourquoi le Gouvernement n'envisage pas de la remettre en cause.

Questions similaires

Déposée le 23 septembre 2015 à 22h00
Similarité de la question: 19% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 novembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 20% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 26 décembre 2018 à 23h00
Similarité de la question: 22% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 24 septembre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 52%
Déposée le 11 juin 2014 à 22h00
Similarité de la question: 35% Similarité de la réponse: 52%
Déposée le 6 août 2014 à 22h00
Similarité de la question: 23% Similarité de la réponse: 59%