Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Situation des céréaliers

Question écrite de - Agriculture

Question de ,

Diffusée le 19 février 2008

M. Michel Doublet attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales sur la situation des céréaliers. La campagne des céréales 2001-2002 s'achève d'une façon catastrophique avec des prix en dessous du prix d'intervention, des exportations en baisse et des importations records au niveau européen.

Pour 2002, les surfaces en blé sont en augmentation de 10 % du fait de la bonne tenue du marché au moment des semis. Les premières indications du prix du blé d'origine mer Noire font apparaître une baisse d'environ 10 $/tonne par rapport au cours actuel. Les céréaliers souhaitent donc un établissement de la préférence communautaire et une gestion plus dynamique des exportations communautaires. En conséquence, il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement en la matière.

Réponse - Agriculture

Diffusée le 19 mars 2005

Face au déferlement des importations de céréales à bas prix en provenance de la mer Noire qui sont passées de 2,5 millions de tonnes à 10 millions de tonnes en 3 ans, le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales, dès le mois de mai 2002, a demandé à la Commission européenne des mesures d'urgence pour renforcer la protection communautaire et rétablir l'équilibre du marché.

Refusant de recourir aux solutions techniques proposées par la France pour adapter les modalités de calcul des droits, la Commission a finalement engagé des discussions dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) avec un mandat du Conseil des ministres de l'agriculture. Le nouveau dispositif défini à l'issue de ces discussions a été soumis à l'approbation du Conseil des ministres de l'agriculture de décembre 2002.

Un contingent tarifaire pour l'importation de blé tendre de moyenne et basse qualité d'un niveau de 2 981 600 tonnes est établi auquel est appliqué un droit de 12 euros/t. Pour l'orge, deux contingents minimes sont institués (contingent de 50 000 tonnes d'orge de brasserie - avec un droit de douane de 8 euros/t - et de 300 000 tonnes de mouture à 16 euros/t de droit).

Au-delà des quantités importées dans le cadre de ces deux contingents, le droit appliqué sera très protecteur (95 euros/t pour le blé tendre de moyenne et basse qualité et 93 euros/t pour l'orge). Le régime d'importation du blé tendre de qualité haute et du blé dur est inchangé. Il en va de même pour le maïs.

Cette mise en place des contingents vise à encadrer les importations de blé tendre de moyenne et basse qualité, sources de déstabilisation du marché communautaire, et contribue donc à corriger les dysfonctionnements du régime de protection aux frontières. Sa mise en oeuvre rapide, depuis le 1er janvier 2003, a permis de limiter le flux d'importation et de stabiliser le marché communautaire des céréales.

Par ailleurs, avant l'entrée en application de l'accord, la progression du commerce des blés de la mer Noire a conduit à une mévente des blés français sur les marchés de l'Union européenne (Italie, Espagne) et des pays tiers (bassin méditerranéen). Pour le proche avenir, les blés de qualité basse qui ne pourront être déversés sur l'Union européenne risquent de prendre la direction des marchés de proximité de la France.

C'est une des raisons pour laquelle la Commission, à la demande de la France, a décidé de renouer avec une politique commerciale active, par l'institution depuis mi-décembre de restitutions à l'exportation, qui permettent d'exporter des volumes significatifs de céréales. Les débouchés français sur les pays tiers peuvent ainsi être défendus.

Les actions communautaires en vue d'assurer l'équilibre du marché européen des céréales doivent être poursuivies. La France veillera tout particulièrement à ce que la Commission continue dans cette voie afin que l'objectif d'exporter des quantités significatives soit atteint en fin de campagne.

Questions similaires

Déposée le 19 février 2012 à 23h00
Similarité de la question: 47% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 19 février 2007 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 février 2009 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 19 février 2012 à 23h00
Similarité de la question: 52% Similarité de la réponse: 93%
Déposée le 19 février 2012 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 14 mars 1990 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 76%