Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Situation des élèves pilotes de ligne

Question écrite de - Équipement

Question de ,

Diffusée le 24 avril 1996

Mme Maryse Bergé-Lavigne attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, du logement, des transports et du tourisme sur la situation des élèves pilotes de ligne. Jusqu'en 1992, l'Etat a entrepris de former de nombreux pilotes de ligne, soit au sein de l'Ecole nationale de l'aviation civile, soit au sein de la compagnie " Air-France ".

Or, il semble que les besoins en personnel aient été largement surestimés. Ainsi, près de 90 p. 100 des jeunes formés à cette profession sont aujourd'hui sans emploi. De plus, les élèves issus de l'ENAC doivent, avant de trouver un emploi, finaliser leur formation, et ce avec un coût de 300 000 francs à la charge du stagiaire.

La situation actuelle du groupe " Air France " ne permet pas, semble-t-il, d'espérer une embauche rapide de 600 nouveaux pilotes. Pourtant, il est évident que la compagnie a un devoir, au moins moral, à l'égard de ces personnes, qui n'auraient pas entrepris de telles études sans un espoir de trouver rapidement un emploi dans l'aviation civile.

C'est pourquoi elle lui demande quelles mesures il compte prendre pour répondre à ce qui paraît aujourd'hui comme une injustice et si, en particulier, il pense étudier favorablement l'ensemble des propositions présentées dans le dossier intitulé " interface III/Fév 96 " qui lui a été adressé par les élèves pilotes de ligne.

Réponse - Équipement

Diffusée le 21 août 1996

Réponse. - A la fin des années 1980, face à l'expansion du transport aérien, les compagnies aériennes exprimèrent leurs craintes d'une pénurie de personnel navigant. Sollicitée pour adapter son appareil de formation, l'administration de l'aviation civile décida d'augmenter sensiblement, jusqu'à 180 par an, le nombre d'élèves pilotes de ligne formés par l'Ecole nationale de l'aviation civile (ENAC).

Parallèlement, la formation dispensée fut limitée à l'acquisition du brevet de pilote professionnel et de la qualification de vol aux instruments, les qualifications complémentaires devant être obtenues au sein des entreprises. A la suite du retournement de conjoncture intervenu en 1991, la Compagnie nationale Air France, qui constitue traditionnellement le débouché principal des élèves pilotes de ligne, fut amenée, dans le cadre de son programme de retour à l'équilibre, à arrêter les stages de ses élèves pilotes de ligne formés ab initio et à interrompre les recrutements des élèves pilotes de ligne.

Depuis cette date, la compagnie, engagée dans un processus de redressement dont la réussite conditionne sa pérennité et le maintien de ses emplois, n'a pas procédé à des embauches de pilotes. Par ailleurs, des entreprises qui ont recruté ont pu, en raison du nombre de candidatures, exiger au préalable des jeunes pilotes qu'ils acquièrent à leurs frais la qualification technique correspondant à l'avion sur lequel ils ont été mis en ligne, dont le coût, en raison des heures de vol exigées, s'élève approximativement à 300 000 francs.

Devant cette situation, la décision a été prise de compléter la formation des élèves pilotes de ligne, y compris de ceux de promotions antérieures à celles actuellement en scolarité, en leur dispensant la qualification de " formation au travail en équipage ". Par ailleurs, Air France a pris la décision, dans la perspective d'éventuelles embauches en 1997, de reprendre les formations à l'automne 1996.

A cet effet, la compagnie, qui a la volonté de préserver l'équité entre les différentes filières de formation de pilote, tiendra compte de la liste d'attente établie en 1993 qui comprend, outre ses propres stagiaires, les élèves pilotes de ligne admis au concours jusqu'en 1991 inclus et qui ont passé avec succès les épreuves de sélection.

Les services de l'aviation civile suivent attentivement ce dossier. Enfin, des actions qui ont été entreprises afin d'améliorer l'emploi et notamment d'inciter les entreprises à prendre en charge la qualification technique des jeunes pilotes. D'une part, l'application de la réglementation européenne sur les brevets et licences sera anticipée, abaissant ainsi très sensiblement le coût de cette qualification, d'autre part, un examen est en cours avec le ministère chargé du travail afin d'examiner les aides qui pourraient être accordées aux compagnies aériennes qui prennent en formation de jeunes pilotes.

Questions similaires

Déposée le 29 mai 1996 à 22h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 10 avril 1996 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 17 avril 1996 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 mars 1996 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 mars 1996 à 23h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 5 juin 1996 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 99%