Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Situation des entreprises de transport routier

Question écrite de Mme Colette Giudicelli - Économie

Question de Mme Colette Giudicelli,

Diffusée le 19 septembre 2001

Mme Colette Giudicelli attire l'attention de Mme la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi sur la situation des entreprises de transport routier de notre pays qui se trouvent durement frappées par la crise économique mondiale. Nombre des entreprises de ce secteur risquent de disparaître au cours du premier semestre 2009 qui s'annonce terrible pour elles.

A l'instar de la marine marchande française il y a quelques années, les entreprises de transport routier françaises peuvent en effet être totalement réduites à néant si aucune mesure de soutien n'est mise en place, laissant ainsi le marché de cette activité ainsi que nos routes et autoroutes aux seules mains de sociétés étrangères, avec des camions étrangers aux plaques numérologiques étrangères conduits par des ressortissants étrangers.

Alors que le 1er mai 2009 marquera l'ouverture du cabotage pour sept États membres récemment entrés dans l'Union européenne, avec un terrible impact concurrentiel et « low-cost », elle lui demande s'il ne lui apparaît pas nécessaire d'instituer notamment des allègements de charges sociales au profit des entreprises françaises exerçant leurs activités dans ce domaine, ou, à défaut, quelles mesures elle entend prendre afin de préserver ce secteur économique stratégique.

Réponse - Transports

Diffusée le 19 septembre 2005

Le transport routier de marchandises international est un marché ouvert au sein de l'Union européenne pour les entreprises établies dans les pays membres. L'établissement d'un barème de prix obligatoire serait contraire aux règles du marché intérieur. Les États disposent dans leur champ de compétence de moyens d'action leur permettant de promouvoir, dans un contexte d'harmonisation européenne, la compétitivité des entreprises établies sur leur territoire.

Afin d'améliorer la compétitivité des entreprises de transport routier de marchandises, ainsi que les conditions de la concurrence européenne dans le secteur, le Gouvernement poursuit une politique d'allégement des charges et d'harmonisation fiscale, sociale et réglementaire. Dans le domaine de la fiscalité, la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers (TIPP) spécifique au gazole professionnel est stabilisée depuis janvier 2005 au taux plancher qui a été fixé pour la France par la directive 2003/96/CE, dite « Énergie », du 27 octobre 2003, soit 39,19 centimes d'euro par litre.

Il en résulte qu'au cours de ces dernières années la TIPP appliquée au gazole professionnel s'est rapprochée de la moyenne communautaire de taxation de ce carburant, qui était évaluée à 35 centimes d'euro par litre au dernier trimestre 2008. Pour réduire encore cet écart, la France est favorable à une harmonisation communautaire des taux de taxation des carburants.

C'est pourquoi elle soutient la proposition d'une nouvelle directive « Énergie » de la Commission qui devra fixer, notamment, les nouveaux taux minimaux applicables au gazole. En ce qui concerne la fiscalité des poids lourds, l'article 28 de la loi de finances pour 2009 a aligné, depuis le 1er janvier 2009, les tarifs de la taxe spéciale sur certains véhicules routiers (TSVR), ou « taxe à l'essieu », sur les taux minimaux fixés par la directive 1999/62/CE du 17 juin 1999, dite « Eurovignette ».

S'agissant des coûts sociaux, le Gouvernement a décidé, à la suite de la mission du Centre d'analyse stratégique sur l'avenir du transport routier de marchandises, d'engager une réflexion, avec les partenaires sociaux, pour améliorer la compétitivité des entreprises et l'attractivité des métiers du transport routier. M. Claude Liebermann, ingénieur général des Ponts et Chaussées, a été chargé d'examiner avec les partenaires sociaux des propositions qui pourraient conduire à une négociation sociale au cours de cette année.

Dans le domaine de la formation professionnelle, la directive 2003/59/CE relative à la qualification initiale et à la formation continue des conducteurs routiers, qui s'appliquera à partir du 10 septembre 2009 à tous les conducteurs routiers de l'Union européenne, permettra d'assurer une meilleure harmonisation des conditions sociales.

Les trois propositions de règlement qui composent le paquet routier ont fait l'objet d'un accord politique du Conseil des ministres des transports le 13 juin 2008. Ces textes ont pour objectif d'harmoniser les conditions d'accès à la profession et au marché du transport routier et proposent un encadrement plus précis du cabotage.

Ils sont en cours de finalisation avec le Parlement européen dans le cadre de la procédure de codécision. Dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires, le Gouvernement a proposé au Parlement d'anticiper, dès 2009, la mise en oeuvre de nouvelles dispositions sur le cabotage, ce qui permettra de mieux contrôler l'exercice de cette activité sur le territoire national.

Le ralentissement actuel de l'économie se traduit par un fléchissement d'activité dans le secteur du transport routier de fret et un accroissement important du nombre de défaillances d'entreprises. C'est pourquoi le plan de relance de l'économie nationale présenté le 4 décembre 2008 par le Président de la République doit contribuer, par un effet d'entraînement, à soutenir ce secteur.

Celui-ci bénéficiera de la prime à la casse pour l'achat de véhicules utilitaires légers neufs à faibles émissions de gaz carbonique et du dégrèvement permanent de la taxe professionnelle à hauteur de 100 % de la valeur locative des immobilisations neuves réalisées jusqu'au 31 décembre 2009, celles-ci comprenant les matériels roulants neufs.

La trésorerie des entreprises bénéficiera du remboursement anticipé des excédents d'acompte versés au titre de l'impôt sur les sociétés, de la mensualisation des remboursements de TVA et de l'amortissement accéléré des investissements réalisés en 2009, notamment dans les matériels de transport.

Questions similaires

Déposée le 19 mars 2011 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 avril 2002 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 mars 2011 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 22 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 19 octobre 2002 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 73%
Déposée le 19 août 1998 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 77%