Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Situation des marins titulaires d'une retraite anticipée qui développent une maladie liée à l'amiante

Question écrite de - Écologie

Question de ,

Diffusée le 19 octobre 2007

M. Gérard Le Cam attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, sur la situation des marins titulaires d'une pension de retraite anticipée qui développent ultérieurement une maladie résultant d'une exposition aux fibres d'amiante durant leur activité professionnelle.

Quelle que soit la gravité de leur maladie et compte tenu du fait que celle-ci se déclare après leur activité professionnelle, ils ne percevront donc aucune indemnité. En effet, le régime d'assurance des marins, tel que réorganisé par le décret du 17 juin 1938, ne permet pas, contrairement aux autres régimes de sécurité sociale, de cumuler une retraite anticipée avec une indemnisation pour maladie professionnelle.

Les pathologies liées à l'amiante se déclarant dans la plupart des cas tardivement et très souvent quand les marins se retrouvent en retraite, ce décret est donc totalement injuste. Aussi, il lui demande de modifier ce décret afin de permettre aux marins titulaires de la retraite anticipée et atteint d'une pathologie liée à l'amiante de pouvoir être indemnisés.

Réponse - Écologie

Diffusée le 19 octobre 2009

Le régime spécial de sécurité sociale des marins, géré par l'établissement national des invalides de la marine, est organisé pour assurer une couverture sociale spécifique, adaptée à la dangerosité du milieu maritime et tenant compte notamment des sujétions inhérentes à la condition des personnels navigants.

Ainsi, un marin atteint d'une maladie reconnue ayant un caractère professionnel, comme les pathologies dues à l'amiante, peut prétendre à une pension d'invalidité maladie professionnelle (PIMP) sur la caisse générale de prévoyance des marins. L'octroi de la PIMP est réglementé par le décret du 17 juin 1938 modifié relatif à la réorganisation et à l'unification du régime d'assurance des marins.

En outre, un marin atteint d'infirmité, le mettant dans l'impossibilité absolue et définitive de continuer l'exercice de la navigation et ayant pour conséquence la reconnaissance d'une invalidité, peut obtenir une pension de retraite anticipée (PRA) sur la caisse de retraite des marins. Dans une telle situation, cette pension est concédée par anticipation, sans condition d'âge, sous réserve de réunir au moins quinze annuités de services validés.

Le fait d'être titulaire d'une PRA sur la caisse de retraite des marins n'interdit pas la reconnaissance du caractère professionnel de la maladie et, pour l'assuré, de bénéficier des prestations en nature liées à cette maladie (soins). Ce bénéfice correspond à la fois à une rémunération de la carrière du marin et à une compensation de son invalidité qui l'empêche de poursuivre son activité eu égard à la condition d'aptitude à la navigation exigée pour l'exercice de la profession.

C'est la raison pour laquelle il n'est pas possible de cumuler deux pensions ayant le même fait générateur, PRA et PIMP. Par ailleurs, comme toute pension servie au titre de l'assurance vieillesse par le régime spécial des marins, la PRA présente un caractère définitif et ne peut donc être révisée (art. 37 du code des pensions de retraite des marins).

Dès lors, toute demande de pension sur la caisse générale de prévoyance présentée postérieurement à la concession d'une PRA ne pourra recevoir une suite favorable. Toutefois, si un marin est déjà titulaire d'une PIMP, notamment en raison d'une pathologie liée à l'aimante, il a la possibilité d'opter, au moment de la constatation de son inaptitude définitive à la navigation, pour le maintien du bénéfice de cette pension (PIMP) ou pour la concession d'une PRA si celle-ci est plus avantageuse.

La PRA constitue, en l'état, l'un des acquis tangible du régime spécial des marins qu'il importe de préserver compte tenu des particularités de la profession.

Questions similaires

Déposée le 19 décembre 2007 à 23h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 62%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 80% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 81%