Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Soutien de l'État aux grandes écoles associatives sous contrat EESPIG

Question écrite de M. Jérôme Bascher - Enseignement supérieur et recherche

Question de M. Jérôme Bascher,

Diffusée le 5 avril 2023

M. Jérôme Bascher attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la baisse de la subvention pour charges de service public versée aux établissements d'enseignement supérieur privés d'intérêt général (EESPIG) ces dix dernières années.

Il rappelle que les EESPIG sont des établissements non lucratifs et en contrat avec l'État. Ils sont engagés dans le service public de l'enseignement supérieur et de la recherche (article L732-1 du code de l'éducation) et reconnus comme opérateurs de la recherche publique (art. L112-2 du code de la recherche). Ils sont évalués et contrôlés sur les mêmes critères que les établissements publics.

Il déplore la faible subvention pour charges de service public versée aux EESPIG. Celle-ci se heurte à un effet ciseau délétère : forte hausse du nombre d'étudiants accueillis (+ 88 % depuis 2010) et du nombre d'établissements qualifiés EESPIG (64 à ce jour) ; alors que dans le même temps le montant total de l'enveloppe a baissé de 2 %, divisant par deux en dix ans la subvention moyenne par étudiant.

Ainsi, si la subvention était de 1 240 € par étudiant en moyenne, elle s'élève aujourd'hui à seulement 599 €. À titre de comparaison, la dépense publique moyenne par étudiant était de 11 580 € en 2020.

Il note qu'en divisant de moitié la subvention par étudiant en 10 ans, l'État ne participe plus qu'à hauteur de 5 % des budgets de ces établissements. Il s'agit ainsi d'une sous-compensation inquiétante de l'engagement des EESPIG dans le service public de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Il remarque que la politique sociale active et la participation des EESPIG à l'effort national de recherche, ainsi qu'à la formation de jeunes diplômés dans des secteurs en tension, pourraient être soutenues et renforcées par l'effet de levier que représente la subvention de l'État. Ce, afin de répondre aux objectifs des politiques publiques fixés à l'horizon 2030, en termes de transition écologique et de souveraineté industrielle et énergétique notamment.

Il souligne à l'inverse, qu'un soutien de l'État à hauteur de 10 % de la dépense publique moyenne par étudiant, permettrait de pérenniser un modèle efficient, en termes de formation et d'insertion professionnelle, mais également en termes de dépense publique en matière d'enseignement et de recherche.

En conséquence, il lui demande à quelle échéance, et selon quels critères, elle compte rétablir un niveau de financement de l'État qui permette de compenser équitablement les charges de service public de l'enseignement supérieur et de la recherche des EESPIG.

Réponse de Enseignement supérieur et recherche

En attente de réponse

Questions similaires

Déposée le 19 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 95% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 15 mars 2023 à 23h00
Similarité de la question: 95% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 5 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 93% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 22 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 95% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 3 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 96% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 5 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 91% Similarité de la réponse: 100%