Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Statut des praticiens adjoints contractuels

Question orale sans débat de - Santé

Question de ,

Diffusée le 19 octobre 1999

Mme Gisèle Printz interroge Mme le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur le statut des praticiens adjoints contractuels (PAC). La loi nº 99-641 du 27 juillet 1999 portant création d'une couverture maladie universelle a régularisé en partie la situation des médecins étrangers ayant un diplôme hors Communauté européenne et notamment celle des praticiens adjoints contractuels.

Pourtant, quelques points restent en suspens concernant leur statut, encore précaire. En effet, alors qu'ils ont les mêmes responsabilités que les praticiens hospitaliers et effectuent le même travail, ils touchent un salaire nettement inférieur à leurs homologues, et leur développement de carrière progresse beaucoup plus lentement.

Ce point touche profondément, moralement et matériellement les intéressés. En outre, la loi du 27 juillet 1999 ne reconnaît la compétence des PAC qu'en médecine générale, alors que la majorité d'entre eux possède des diplômes de spécialistes effectués et validés en France. Cette situation pose également problème aux intéressés qui souhaiteraient que leur spécialité soit reconnue, comme l'est celle de leurs homologues français.

Enfin, malgré le fait qu'ils aient déjà passé un concours complet, ils doivent repasser le même concours pour accéder au statut du praticien hospitalier dans les services publics de santé, ce qui représente un obstacle supplémentaire sur le long parcours que les PAC doivent franchir pour pouvoir exercer leur vocation.

Elle lui demande donc de bien vouloir lui préciser si ces points ont été pris en compte dans la réflexion sur le statut des PAC et, le cas échéant, quelles mesures le Gouvernement entend prendre afin de mettre un terme à ces situations qui lui semblent inéquitables.

Réponse - Équipement

Diffusée le 2 novembre 1999

Mme Gisèle Printz. Ma question porte sur le statut des praticiens adjoints contractuels.

La loi du 27 juillet 1999 portant création d'une couverture maladie universelle a régularisé en partie la situation des

médecins étrangers ayant un diplôme hors Communauté européenne, notamment celle des praticiens adjoints

contractuels, les PAC. Pourtant, quelques points restent en suspens concernant le statut, encore précaire, de ceux-ci.

En effet, alors qu'ils ont les mêmes responsabilités que les praticiens hospitaliers et qu'ils effectuent le même travail, ils

touchent un salaire nettement inférieur à celui de leurs homologues et le développement de leur carrière progresse

beaucoup plus lentement. Cette anomalie affecte profondément, moralement et matériellement, les intéressés, qui

souhaiteraient qu'une solution puisse être trouvée pour remédier à cette situation.

En outre, la loi du 27 juillet 1999 ne reconnaît la compétence des PAC qu'en médecine générale, alors que la majorité

d'entre eux possède des diplômes de spécialistes effectués et validés en France. Cette situation pose également un

problème aux intéressés, qui souhaiteraient que leur spécialité soit reconnue.

Enfin, malgré le fait qu'ils aient déjà passé un concours complet, ils doivent repasser le même concours pour accéder

au statut de praticien hospitalier dans les services publics de santé, ce qui représente un obstacle supplémentaire sur

le long parcours que les PAC doivent effectuer avant de pouvoir exercer leur profession.

Je souhaite donc savoir si les points que je viens d'évoquer ont été pris en compte dans la réflexion sur le statut des

PAC engagée par le prédécesseur de Mme la secrétaire d'Etat à la santé et, le cas échéant, quelles mesures le

Gouvernement entend prendre afin de remédier à ces situations.

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement. Madame la sénatrice, Mme Gillot

étant retenue, comme je l'ai déjà indiqué tout à l'heure, elle m'a chargée de vous transmettre la réponse qu'elle

souhaitait vous apporter.

Comme vous l'avez vous-même souligné, la loi n° 99-641 a permis des avancées importantes pour les médecins à

diplôme étranger, et tout particulièrement pour les praticiens adjoints contractuels.

Permettez-moi de rappeler l'apport essentiel de cette loi pour les praticiens adjoints contractuels.

Tout d'abord, elle prévoit la possibilité de demander une autorisation d'exercice de la médecine en France, au sens de

l'article L. 356 du code de la santé publique, dans des délais très rapides. Je rappelle à ce propos que le ministère n'a

pas compétence pour reconnaître la qualification d'un médecin que ce soit en médecine générale ou en spécialité.

Cette compétence a été confiée aux commissions de qualification gérées par le Conseil de l'ordre. C'est donc auprès

d'elles que les praticiens adjoints contractuels doivent demander la reconnaissance de leur spécialité. Pour autant, le

ministère ne se désintéresse pas de ce sujet, effectivement important, et y travaille avec le Conseil de l'ordre.

Par ailleurs, le décret n° 99-517 du 25 juin 1999 organisant le concours national de praticiens des établissements

publics de santé, leur permet, dès l'obtention de l'autorisation d'exercice, au titre de l'article L. 356 du code de la santé

publique de se présenter au concours de praticien hospitalier sans délai et dans la discipline où ils ont été nommés

PAC. C'est naturellement la voie que choisiront la plupart des intéressés.

Il est évident, et ils l'ont d'ailleurs bien compris, que leur parcours professionnel sera mieux pris en compte dans un

concours de type II que dans un concours de type I, davantage adapté aux parcours plus universitaires.

En ce qui concerne leur rémunération, je vous précise que leurs gardes sont payées comme toutes les gardes des

médecins qui ont la plénitude de la responsabilité médicale. En revanche, leur salaire de base est effectivement inférieur

à celui des praticiens hospitaliers, ce qui se conçoit bien puisqu'ils n'ont pas passé ce concours.

Il semble beaucoup plus pertinent de les inciter à devenir praticien hospitalier plutôt que de copier ce statut en les

maintenant praticien adjoint contractuel.

Le secrétariat d'Etat à la santé et à l'action sociale est cependant en train de retravailler sur le décret statutaire des

praticiens adjoints contractuels, qui doit être revu dans le cadre de la loi du 27 juillet 1999. Une concertation est donc

en cours pour rechercher des améliorations possibles.

Mme Gisèle Printz. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à Mme Printz.

Mme Gisèle Printz. Je vous remercie, monsieur le ministre, des réponses que vous venez de m'apporter. J'espère que

ces informations satisferont les praticiens adjoints contractuels et les rassureront sur leur avenir.

Questions similaires

Déposée le 19 février 2008 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 19 février 2007 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 60%
Déposée le 19 avril 2007 à 22h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 22 janvier 1998 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 52%
Déposée le 19 janvier 2011 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 27 septembre 2000 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 49%