Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Suppression du traitement des médaillés militaires

Question écrite de - Premier ministre

Question de ,

Diffusée le 4 mars 1992

M. Jacques Machet attire l'attention de Mme le Premier ministre sur les motifs qui ont conduit le Gouvernement à supprimer par le décret n° 91-396 du 24 avril 1991 le traitement attaché à la médaille militaire. Cette décision a soulevé la protestation unanime de ceux qui ont servi la nation avec valeur et discipline.

Les médaillés militaires sont très attachés au symbole que représente le bien modeste traitement qui leur était accordé. Il lui demande donc de bien vouloir rétablir le traitement de cette décoration récompensant les fidèles et glorieux serviteurs de la Patrie.

Réponse - Premier ministre

Diffusée le 18 mars 1992

Réponse. - A l'origine, le traitement attaché à la Légion d'honneur et à la médaille militaire avait été institué afin d'éviter que légionnaires et médaillés militaires ne tombent dans le dénuement, situation qui n'aurait pas été conforme à l'éclat que les pouvoirs publics souhaitaient donner à ces distinctions honorifiques.

Depuis cette époque, la législation sociale a heureusement beaucoup évolué : de nombreux régimes de retraite, de pension et d'entraide ont été institués, vidant pratiquement le traitement de son sens matériel de l'origine pour ne lui laisser qu'une signification symbolique, son montant étant très faible.

Le majorer, fût-ce en le décuplant, ne lui retirerait pas le caractère d'un symbole et représenterait, au surplus, pour le budget de l'Etat une dépense nouvelle qu'il ne semble pas possible de lui faire assumer aujourd'hui. Le supprimer serait mal accepté par ses bénéficiaires qui voient légitimement dans cette gratification un supplément d'honneur marquant que leur décoration a été acquise au combat.

Or, les démonstrations les plus probantes de cette participation au combat sont les blessures de guerre et les citations. Aussi, le décret du 24 avril dernier réserve-t-il le bénéfice du traitement aux concessions se fondant sur une (ou plusieurs) blessure(s) de guerre ou citation(s) ou sur un acte paticulier de courage ou de dévouement.

Ce texte ne supprime pas le traitement puisque, sur la base de ces dispositions nouvelles, peuvent obtenir cet avantage les anciens combattants 1914-1918 et 1939-1945, les mutilés de guerre décorés au titre de articles R. 39 et R. 42 du code de la Légion d'honneur, les militaires d'active et de réserve blessés de guerre ou titulaires d'une citation, enfin tous ceux décorés pour acte de courage ou de dévouement.

Bien entendu, les légionnaires et les médaillés militaires qui bénéficiaient d'un traitement avant cette réforme continuent à recevoir cet avantage, les dispositions en cause n'étant pas rétroactives. Il ne s'agit donc en aucune façon de faire des économies aux dépens des médaillés ou des légionnaires d'autant que le crédits d'action sociale de la grande chancellerie ont été significativement augmentés dans le budget 1992.

Ce tournant social sera encore accentué à l'avenir, ainsi que le garde des sceaux l'a annoncé lors de la discussion budgétaire, la grande chancellerie souhaitant utiliser une partie des sommes dégagées du fait de la diminution progressive du nombre de bénéficiaires du traitement pour ses crédits de secours aux ressortissants et de subvention aux associations représentatives des décorés. Dans ces conditions, il n'est pas envisagé de revenir sur les dispositions du décret susvisé.

Questions similaires

Déposée le 8 avril 1992 à 22h00
Similarité de la question: 82% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 26 février 1992 à 23h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 26 février 1992 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 12 février 1992 à 23h00
Similarité de la question: 83% Similarité de la réponse: 84%
Déposée le 13 mai 1992 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 18 décembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 99%