Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Taxe sur la valeur ajoutée à 5,5 % pour les installations sportives

Question écrite de - Économie

Question de ,

Diffusée le 16 juin 1999

M. Michel Esneu attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur la nécessaire application d'une TVA réduite à 5,5 % pour les installations sportives. Suivant une instruction ministérielle parue en septembre 1998 qui entrera en vigueur le 1er janvier 2000, les associations sportives verront leurs recettes et leurs subventions d'exploitation taxées à 20,6 %.

Pour bon nombre d'entre elles, cela revient à disparaître. Or, la directive européenne nº 92-77 CEE donne aux Etats membres la faculté d'appliquer un taux réduit de TVA " au droit d'utilisation des installations sportives ". Etant donné l'impact positif de la pratique sportive que ce soit sur l'emploi ou sur la santé, il lui demande s'il n'est pas opportun de prendre au plus vite les mesures qui s'imposent.

Réponse - Économie

Diffusée le 10 novembre 1999

Réponse. - Les activités sportives réalisées à titre onéreux entrent dans le champ d'application de la TVA. Cependant, en vertu de l'article 261 (7,1º) du CGI, les associations qui proposent des services à caractère sportif ne sont pas soumises aux impôts commerciaux lorsqu'elles remplissent certaines conditions tenant au caractère désintéressé de leur gestion et à leur absence de but lucratif.

Les critères d'application du régime fiscal spécifique des associations ont été précisés et assouplis par une instruction du 15 septembre 1998 (BOI 4H-5-98). Cette dernière n'a par ailleurs pas modifié les règles applicables aux subventions perçues par les associations : ces sommes ne doivent être soumises à la TVA que si elles constituent, en réalité, la rémunération d'une prestation de services réalisée au profit de la partie versante, ou le complément de prix d'opérations taxées effectuées au profit de tiers.

Les organismes dont la gestion n'est pas désintéressée ou qui présentent un caractère lucratif seraient donc les seuls bénéficiaires d'une baisse du taux de TVA. Une telle mesure n'apparaît pas prioritaire.

Questions similaires

Déposée le 15 septembre 1999 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 13 janvier 1993 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 73%
Déposée le 10 février 1993 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 73%
Déposée le 4 novembre 1998 à 23h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 28 septembre 2020 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 22 septembre 1999 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 64%