Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Uniformisation des montants fixés pour la prestation compensatoire en matière de divorce

Question écrite de - Justice

Question de ,

Diffusée le 19 février 2001

M. Jean-Pierre Plancade appelle l'attention de Mme le garde des sceaux, ministre de la justice, sur certaines difficultés résultant de la loi n° 2000-596 du 30 juin 2000 relative à la prestation compensatoire en matière de divorce. A situations patrimoniales et financières sensiblement identiques des couples divorcés, il apparaît que des disparités de traitements existent d'un ressort de juridiction à l'autre en matière de fixation du montant de la prestation compensatoire.

Dès lors, il lui demande si elle entend prendre des mesures visant à uniformiser les critères et les barèmes permettant ainsi de déterminer le montant de la prestation compensatoire, qu'elle soit servie sous forme de capital ou sous forme de rente.

Réponse - Justice

Diffusée le 19 février 2004

La garde des sceaux, ministre de la justice, fait connaître à l'honorable parlementaire qu'il n'est pas apparu opportun, lors de la réforme du régime de la prestation compensatoire en matière de divorce, opérée par la loi du 30 juin 2000, de mettre en place un système unique de référence en matière de fixation du montant de cette prestation.

Un tel mécanisme, par son automaticité, ne permettrait pas de donner une réponse appropriée à la prise en compte de chaque cas d'espèce. En revanche, la loi nouvelle définit, à l'article 272 du code civil, des critères auxquels le juge doit se référer pour évaluer le montant de la prestation (durée du mariage, âge et état de santé des conjoints...).

L'appréciation et l'interprétation des critères ainsi définis relèvent du pouvoir souverain des juridictions, sous le contrôle de la Cour de cassation. Il n'est pas envisagé en conséquence de modifier le dispositif voté à l'unanimité il y a un peu moins de deux ans.

Questions similaires

Déposée le 20 novembre 2019 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 54%
Déposée le 18 novembre 2019 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 octobre 2007 à 22h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 53%
Déposée le 16 avril 2018 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 20 février 2013 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 53%
Déposée le 26 mars 2018 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 0%