Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Usurpation d'identité

Question écrite de Mme Patricia Schillinger - Justice

Question de Mme Patricia Schillinger,

Diffusée le 19 mai 2011

Mme Patricia Schillinger attire l'attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, sur le nombre croissant de l'usage illégal des fausses identités en France. Le fait de s'approprier indûment et par ruse des informations personnelles d'autrui et les utiliser de manière frauduleuse relève de l'usurpation d'identité.

L'usurpation d'identité est de plus en plus fréquente et passe par différents supports tels qu'internet, le piratage de lignes téléphoniques ou par le téléphone. C'est la raison pour laquelle elle lui demande de bien vouloir lui indiquer la législation actuellement applicable pour empêcher les auteurs de tels agissements et s'il envisage de la modifier au vu de la recrudescence du phénomène et afin de mieux protéger les victimes contre ce type de falsification, et ce dans quel délai.

Réponse - Justice

Diffusée le 19 juin 2010

Le garde des sceaux, ministre de la justice, indique à l'honorable parlementaire que l'usurpation d'identité est le fait de prendre le nom d'un tiers dans des circonstances qui ont déterminé ou auraient pu déterminer contre celui-ci des poursuites pénales. Cette infraction est réprimée par l'article 434 du code pénal par une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

Les comportements décrits par l'honorable parlementaire sont susceptibles d'être plus exactement qualifiés d'escroqueries. En effet, le fait d'user d'un faux nom dans le but de se voir remettre des biens ou des services est réprimé par l'article 313-1 du code pénal par la peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

Par conséquent, il n'apparaît pas nécessaire de modifier la législation pour réprimer ces comportements.

Questions similaires

Déposée le 11 décembre 2017 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 11 février 2019 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 mars 2004 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 57%
Déposée le 3 juin 2019 à 22h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 juillet 2009 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 35%
Déposée le 19 mai 2006 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 60%