Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Vaccination des veaux contre la teigne

Question orale sans débat de - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Question de ,

Diffusée le 22 mai 2013

M. Francis Grignon attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur la vaccination des veaux contre la teigne. La teigne est une zoonose provoquée par une mycose qui est à l'origine de lésions importantes sur les peaux. La contamination entre animaux est directe (contact) ou indirecte (environnement ex : mangeoire).

Elle est transmissible à l'homme. Si la France demeure le premier producteur mondial de cuir de veau, la filière est fragilisée en amont par le problème de la vaccination des veaux contre la teigne, maladie qui dégrade la qualité de la peau, la rendant impropre à la fabrication de cuir destiné à l'industrie du luxe.

La disponibilité de cette matière première est insuffisante pour faire face au développement du marché du luxe et des exportations françaises. La Norvège, qui a rendu la vaccination contre la teigne obligatoire en 1978, a quasiment éradiqué la teigne de son territoire. De plus, cette vaccination systématique apporterait de meilleures conditions de vie aux bêtes en réduisant le stress dû aux démangeaisons.

Une étude menée en 2011 par la Fédération française de la tannerie mégisserie et le laboratoire MSD Santé animale montre que l'écart de poids entre un veau malade et un veau sain est considérable puisqu'il atteint les 4,3 kg en fin de période d'engraissement ce qui représente des pertes économiques pour les éleveurs.

La teigne est également à l'origine de pertes économiques pour la filière cuir française, puisque les peaux de veaux « malades » sont sous valorisées par les tanneurs français, ce qui représente un manque à gagner pour l'ensemble de la filière cuir française. Il lui demande donc si le Gouvernement entend généraliser en France la vaccination des veaux contre la teigne.

Réponse - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Diffusée le 4 février 2014

M. Francis Grignon. Monsieur le ministre, ma question porte sur la vaccination des veaux contre la teigne. La teigne est une zoonose provoquée par une mycose qui est à l'origine de lésions importantes sur les peaux. La contamination entre animaux est directe, par le contact, ou indirecte, par les mangeoires, par exemple. Cette maladie est transmissible à l'homme.

Si la France demeure le premier producteur mondial de cuir de veau, la filière est fragilisée en amont par le problème de la vaccination des veaux contre la teigne. En effet, cette maladie dégrade la qualité de la peau, la rendant impropre à la fabrication de cuir destiné à l'industrie du luxe. La quantité disponible de cette matière première est insuffisante pour faire face au développement du marché du luxe et des exportations françaises.

La Norvège qui a rendu la vaccination contre la teigne obligatoire en 1978 a quasiment éradiqué cette maladie de son territoire.

De plus, grâce à une vaccination systématique, les conditions de vie des bêtes seraient meilleures, leur stress dû aux démangeaisons étant réduit. Une étude menée en 2011 par la Fédération française de la tannerie-mégisserie montre que l'écart de poids entre un veau malade et un veau sain est considérable : il atteint 4,3 kilogrammes en fin de période d'engraissement, ce qui représente des pertes économiques pour les éleveurs.

La teigne est également à l'origine de telles pertes pour l'ensemble de la filière cuir française, qui enregistre un manque à gagner, les peaux des veaux malades étant sous-valorisées par les tanneurs.

Par conséquent, monsieur le ministre, je souhaite savoir si le Gouvernement envisage de généraliser la vaccination des veaux contre la teigne. Sans préjuger le financement de cette opération, l'envoi d'un signe politique serait important. Au moment où l'on condamne les mauvais traitements infligés aux chats, il me semble important de se préoccuper du confort des petits veaux !

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt. Monsieur le sénateur, par cette référence à l'actualité, vous manifestez votre intérêt pour le bien-être des petits veaux...

Cela étant, la teigne a effectivement des conséquences extrêmement négatives sur les peaux, en particulier sur celles des veaux. Chaque année, la France produit environ 137 000 tonnes de cuirs, destinés notamment à la fabrication de produits de luxe. Par conséquent, moins nombreuses sont les maladies, plus forte est la valorisation de ces peaux.

La teigne n'est pas une maladie réglementée. Par conséquent, il n'est pas question de rendre la vaccination obligatoire. En revanche, je suis tout à fait disposé, je l'ai déjà dit et je le répète devant la représentation nationale, à favoriser l'organisation et l'extension de programmes de vaccination à l'échelon régional, avec l'accord des professionnels, afin de limiter les pertes que vous avez évoquées. Tout le monde devrait pouvoir s'y retrouver.

Ainsi, à l'issue d'une négociation dans chaque territoire, un accord-cadre pourrait être défini entre les producteurs, les transformateurs et, bien sûr, les industriels concernés.

En résumé, sur ce sujet, ma disponibilité est totale pour organiser et mettre en œuvre dès que possible une extension des vaccinations dans une logique territoriale.

M. le président. La parole est à M. Francis Grignon.

M. Francis Grignon. Il est en effet important que le ministère serve de courroie de transmission. Monsieur le ministre, je vous remercie de votre réponse, qui permettra à toutes les parties prenantes de prendre une décision.

Questions similaires

Déposée le 1 mai 2013 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 63%
Déposée le 10 juin 2015 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 22 juillet 2015 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 12 octobre 2020 à 22h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 29 mars 2022 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 53%
Déposée le 28 octobre 2020 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 66%