Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Violations des droits de l'homme en Indonésie et au Timor oriental

Question écrite de - Affaires étrangères

Question de ,

Diffusée le 25 janvier 1995

M. Roger Quilliot appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la situation actuelle en Indonésie et au Timor oriental. Ces pays semblent gouvernés d'une main de fer et les observateurs d'Amnesty International redoutent que toute dissidence ne soit suivie par la torture, l'emprisonnement et la mort.

Compte tenu des relations qui existent entre le régime indonésien et l'Occident, il lui demande si la France pourrait exhorter l'Indonésie à accepter de mettre en oeuvre les recommandations des Nations unies pour la prévention de la torture et des exécutions extrajudiciaires et à l'encourager à adhérer aux normes internationales visant à protéger les droits de l'homme.

Réponse - Affaires étrangères

Diffusée le 1 mars 1995

Réponse. - Le Gouvernement français reste préoccupé par la situation des droits de l'homme en Indonésie et à Timor oriental. La France, comme la plupart de la communauté internationale, n'a jmais reconnu l'annexion par l'Indonésie de Timor Oriental. Elle soutient les négociations qui ont repris depuis mai 1992 entre le Portugal et l'Indonésie sous l'égide du secrétaire général des Nations Unies pour aboutir à un règlement juste, global, et internationalement acceptable du statut du territoire.

Le Gouvernement français se félicite que le Portugal et l'Indonésie se sont mis d'accord sur certaines mesures qui visent à amoindrir les tensions dans le territoire lors de la dernière session des discussion à Genève, le 9 janvier 1995. Sous la pression de la communauté internationale et plus particulièrement de l'Union européenne, qui est à l'origine des résolutions adoptées par la commission des droits de l'homme de l'ONU à Genève, le gouvernement indonésien a pris un certain nombre de mesures pour améliorer la situation : suppression du commandement militaire spécial, droit de visite accordé à la Croix-Rouge aux prisonniers timorais ; réduction à vingt ans de la peine à perpétuité qui avait été infligée au leader timorais indépendantiste, M.

Gusmao, arrêté après les événements de Dili de novembre 1991 ; ouverture accrue du territoire aux journalistes. Ces mesures ont le mérite d'aller dans le sens recommandé par l'Union européenne. Force est pourtant de constater que les dernières manifestations à Dili et Jakarta, au moment du sommet de l'APEC, et les affrontements à Baucau au début de cette année, montrent que les tensions demeurent vives et que des progrès restent à faire.

C'est pourquoi, la France continue d'inciter le gouvernement indonésien à oeuvrer en faveur de l'ouverture du territoire. Le gouvernement indonésien a pris des mesures ces dernières années en vue d'améliorer le respect des droits de l'homme, en particulier par la création de la Commission nationale des droits de l'homme.

Le Gouvernement français reconnaît d'ailleurs que la liberté de religion et la tolérance religieuse y sont largement respectées et que la politique économique du gouvernement indonésien a assuré un développement économique remarquable ainsi qu'une réduction importante de la pauvreté dans l'archipel.

Néanmoins, l'interdiction en juin 1994, de trois journaux et la condamnation, le 7 novembre, à trois ans de réclusion du dirigeant syndicaliste, M. Muchtar Pakpahan, à la suite d'un procès où les droits de défense n'ont guère été respectés, sont autant de sources d'inquiétudes. C'est pourquoi, la France a souhaité que l'Union européenne rende publique une déclaration, le 22 novembre, sur la condamnation de M.

Pakpahan. Le Gouvernement français estime que l'un des moyens d'encourager les autorités indonésiennes à respecter leurs engagements internationaux en matière de droits de l'homme est de poursuivre et d'approfondir le dialogue politique bilatéral. Le ministre délégué pour les affaires européennes avait, dans cet esprit, saisi l'occasion de sa visite en Indonésie en juillet dernier pour les rappeler à leurs obligations.

L'honorable parlementaire peut être assuré que la France continuera à rappeler, à titre bilatéral et multilatéral, leurs obligations aux autorités indonésiennes et à oeuvrer en faveur du respect des droits fondamentaux de la population de Timor et de l'amélioration de la condition de tous les habitants de l'archipel indonésien.

Questions similaires

Déposée le 18 janvier 1995 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 1 février 1995 à 23h00
Similarité de la question: 52% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 22 février 1995 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 22 mars 1995 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 89%
Déposée le 21 décembre 1994 à 23h00
Similarité de la question: 48% Similarité de la réponse: 94%
Déposée le 1 février 1995 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 100%