Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Violences en marge du rassemblement Nuit debout à Paris

Question écrite de M. Roger Karoutchi - Intérieur

Question de M. Roger Karoutchi,

Diffusée le 20 avril 2016

M. Roger Karoutchi interroge M. le ministre de l'intérieur sur les violences qui surviennent régulièrement en avril 2016, en marge du mouvement citoyen « Nuit debout » qui trouve son point d'appui place de la République à Paris. Depuis le mise en place de l'état d'urgence, les rassemblements dans des lieux publics sont strictement encadrés et soumis à une autorisation délivrée par les autorités compétentes.

Il s'inquiète de deux points : premièrement, ce genre de rassemblement est susceptible de faire peser un risque sur ses participants au regard à la fois du risque élevé d'attentats dans notre pays et du caractère symbolique du lieu sur lequel le rassemblement se tient. Deuxièmement, l'état d'urgence impose un certain nombre de règles, notamment s'agissant des rassemblements publics.

Il observe que malgré cela, les violences se poursuivent chaque jour malgré une évacuation de la place de la république le lundi 11 avril 2016. Il souhaite prendre connaissance des mesures qui seront prises pour définitivement stopper les violences inadmissibles et quotidiennes qui ont lieu place de la République à Paris.

Réponse - Intérieur

Diffusée le 7 décembre 2016

Le mouvement « Nuit debout » a pris naissance sur la place de la République le 31 mars dernier. Au plus fort du mouvement, ces rassemblements ont réuni jusqu'à 3 500 personnes. Les défaillances constatées dans l'encadrement de ce mouvement, notamment l'absence de service d'ordre en capacité de sécuriser la place et de signaler aux forces de l'ordre la présence éventuelle de perturbateurs, la consommation excessive d'alcool et enfin la présence de casseurs se mêlant à la foule, ont généré de manière répétée des troubles graves à l'ordre public. 125 personnes ont été interpellées dans le cadre de ces débordements intervenant généralement en fin de rassemblement (dont 112 placées en garde à vue, 54 déférées et 12 ont fait l'objet d'une peine d'emprisonnement (cinq ferme,  six avec sursis,  une détention provisoire) ) et 12 policiers ont été blessés.

Les services de secours présents sur site n'ont pas été appelés à prendre en charge des victimes parmi les manifestants. En outre, des dégâts importants ont été constatés lors de chacun des évènements en marge de ces rassemblements : vingt véhicules dont onze autolib,  six véhicules de police,  deux véhicules particuliers,  un véhicule RATP et un bus noctilien, 36 commerces (Banques, agence intérim, hôtels, concession auto, etc.) et dix mobiliers urbains (PVPP, façade de l'hôpital Rothschild, etc.).

Malgré ces incidents intervenant le plus souvent en seconde partie de soirée, et considérant que ces débordements étaient le fruit d'une minorité, le préfet de police n'a pas souhaité interdire ces rassemblements. Il convient de rappeler que le droit de se rassembler sur la voie publique en vue de manifester constitue une liberté fondamentale garantie par l'article 11 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, constitutionnellement protégée et dont l'exercice est encadré par les articles L. 211-1 à L. 211-4 du code de la sécurité intérieure (CSI).

Pour que l'interdiction d'une manifestation soit fondée, la jurisprudence a posé deux conditions : - La menace pour l'ordre public doit être exceptionnellement grave. Il doit s'agir de réunions qui par la date choisie, le lieu où elles doivent se tenir, la façon dont elles sont organisées, etc. sont de nature à laisser prévoir des incidents et des troubles tels que les services de police seraient dans l'obligation d'intervenir ; - L'interdiction n'est valable que si les forces de maintien de l'ordre ne sont pas suffisantes ou adaptées à la situation, compte tenu du risque, pour assurer l'intervention dans de bonnes conditions.

Dès lors, si la poursuite de ces rassemblements pouvait être envisagée, elle ne pouvait se concevoir sans mesures permettant de réduire les risques de troubles à l'ordre public et les nuisances subies par les riverains et enfin, bien sûr avec la capacité de réprimer si nécessaire d'éventuels fauteurs de troubles.

Des consignes en matière de sécurité et de respect de la tranquillité publique ont été systématiquement données par le préfet de police lors de ces regroupements afin de prévenir les débordements et les troubles. Plusieurs réunions avec les organisateurs ainsi que de nombreux courriers leur ont régulièrement rappelé leurs obligations et les engagements à respecter.

En particulier, il leur revenait de constituer un service d'ordre interne efficace, ayant pour rôle de maintenir le lien avec les services de police, de signaler les individus à risque et de permettre le bon accès des secours au site. De même, les horaires de fin de sonorisation et de démontage des installations fixes tolérés sur la place devaient être scrupuleusement respectés.

Afin de concilier le droit de manifester et la nécessité d'assurer la sécurité et l'ordre public, Le préfet de police a pris plusieurs mesures permettant, en complément des dispositions prises par les organisateurs, d'encadrer et de sécuriser ces rassemblements à savoir notamment : - interdiction de détenir ou de transporter tout objet susceptible de constituer une arme ou de servir de projectile ; - interdiction de consommation et de vente d'alcool dans un périmètre comprenant la place de la République ; - limitation dans le temps de ces rassemblements permettant une libération de la place dans le calme et assurant la tranquillité publique des riverains ; - interdiction des cortèges constitués à partir de la place de la République de 19 h à 7 h ; - interdiction du stationnement des véhicules utilitaires légers place de la République et dans la partie comprise entre le boulevard St Martin et le boulevard du Temple ; - interdiction de diffusion de musique et de bruit par tous moyens sonores place de la République entre minuit et 7 h du matin ; - L'autorité judiciaire a, pour ce qui la concerne, prononcé des interdictions de paraître pour des individus clairement identifiés comme meneurs à l'origine des violences urbaines constatées.

La mise en œuvre de ces diverses mesures et le contrôle strict de leur application ont permis progressivement d'améliorer les situations, avec une mobilisation exceptionnelle de moyens : plusieurs milliers de policiers ou gendarmes ont été mobilisés aux abords de la place de la République pour assurer la sécurité de ces rassemblements.

De manière générale, l'affluence des rassemblements Place de la République, comme les incidents, ont nettement diminué au cours du mois de mai 2016 : durant les deux premières semaines du mois de mai, le nombre de participants atteignait régulièrement 500 à 2 000 personnes contre 1 000 à 3 000 en avril dernier. Les dix derniers jours du mois de mai, la mobilisation ne réunissait plus que 100 à 500 personnes.

Questions similaires

Déposée le 11 mai 2016 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 4 mai 2016 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 11 mai 2016 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 33%
Déposée le 30 mars 2016 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 68%
Déposée le 15 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 54% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 6 mai 2020 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 59%