Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Projet de restructuration de la DGCCRF

Question écrite de - Économie

Question de ,

Diffusée le 19 mars 2002

M. Jacques Baudot attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les inquiétudes que suscite le projet de restructuration de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). La nouvelle réorganisation se traduit par une baisse des effectifs, la suppression d'antennes départementales et une éventuelle fermeture du laboratoire chargé des analyses relatives à la sécurité des produits alimentaires et industriels.

Les services de contrôle de la DGCCRF sont essentiels pour garantir une réelle application de la réglementation et une sécurité optimale des produits. La protection des consommateurs ne peut être assurée efficacement sans les moyens adéquats, notamment humains. C'est pourquoi il lui demande quelles mesures il compte prendre pour garantir la pérennité de ce service public afin qu'il puisse assurer pleinement ses missions auprès de la population.

Réponse - Économie

Diffusée le 19 mars 2008

La direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes joue un rôle essentiel dans la défense des consommateurs. Elle a pour missions d'assurer sur l'ensemble du territoire l'existence d'une saine concurrence entre entreprises, la sécurité des consommateurs ainsi que la loyauté des transactions, dans l'intérêt de tous les partenaires économiques.

La répartition des effectifs entre les différentes directions départementales a été modifiée afin de mieux prendre en considération l'ensemble des missions assurées par cette administration et de mettre en adéquation les effectifs avec l'activité économique des départements. Il importe en effet que la DGCCRF puisse assurer une couverture adaptée de l'ensemble du territoire afin que le consommateur bénéficie de la même protection où qu'il se trouve.

De plus, il a été décidé d'accroître le rôle des directions régionales mais aussi de tenir compte des perspectives démographiques des prochaines années. Ainsi, les directions de région et vingt directions départementales ont vu leurs effectifs maintenus ou progresser parfois dans des proportions sensibles, tandis que le nombre de directions dont l'effectif est fixé au seuil minimal reste quasi constant.

Par ailleurs, la réforme des secteurs ne se traduira pas par une baisse d'activité dans les départements concernés. En effet, l'objectif est, en réunissant en un seul lieu l'ensemble des effectifs de la direction, de permettre une meilleure programmation des contrôles assurant une couverture adaptée de l'ensemble du département et de limiter les emplois sédentaires pour augmenter le nombre d'enquêteurs sur le terrain.

La réorganisation concerne les structures infradépartementales, représentées par seize secteurs et neuf antennes datant pour la plupart d'entre-elles de l'immédiate après-guerre et d'une période de pénurie pendant laquelle les actions liées au contrôle des prix étaient prépondérantes. Le contexte a donc fondamentalement changé et le projet de modernisation de cette administration en tient compte, comme il tient compte du fait que le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication, dont la DGCCRF est bien pourvue, rend moins nécessaire l'existence d'un grand nombre d'implantations administratives, alors même que la plupart des agents sont des enquêteurs de terrain qui passent l'essentiel de leur temps de travail en dehors de leur bureau.

La réorganisation menée a pour but d'améliorer l'efficacité des unités départementales de la DGCCRF et d'adapter leurs modalités de fonctionnement afin qu'elles réalisent, dans les meilleures conditions possibles, un contrôle de proximité efficace et ainsi d'obtenir la synergie indispensable pour assurer une couverture de terrain homogène sur l'ensemble du territoire.

Le laboratoire de Massy a été construit en 1968. Très moderne à l'époque, ce bâtiment a accueilli près d'une centaine d'agents dans des fonctions variées (microbiologie, analyses physicochimiques...) Au cours du temps, d'importants travaux de maintenance lourde ont été effectués essentiellement sur la superstructure du bâtiment qui a été rénovée au début de l'année 1996.

Malgré cela, les locaux ont vieilli, la conception de ce bâtiment n'est plus celle d'un laboratoire moderne et la maintenance y est de plus en plus onéreuse, dans un contexte budgétaire contraint. Au-delà des nécessaires travaux de sécurisation qui vont être effectués prochainement, se pose donc la question du devenir de ces locaux et des besoins en capacité analytique de la DGCCRF en Ile-de-France.

Il convient de prendre en compte de l'ouverture d'un neuvième laboratoire de la DGCCRF à Oullins (Rhône) et de la nécessaire spécialisation des activités d'analyse. Une mission menée par le contrôle d'Etat examine actuellement les besoins analytiques de la DGCCRF en Ile-de-France et fera des propositions sur le devenir de ce laboratoire.

Questions similaires

Déposée le 19 février 2011 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 mars 2005 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 mars 2002 à 23h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 avril 2004 à 22h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 19 mars 2001 à 23h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 19 mars 2003 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 83%